Nommée en hommage au combattant de la Révolution de 1830 Louis Frédéric Ghislain de Mérode (1792-1830), la rue s'étire selon un long tracé rectiligne de l'av. de la Porte de Hal jusqu'au bd Van Volxem sur la commune de Forest.

La rue est tracée dans le cadre du plan général d'alignement des nouvelles voiries à ouvrir près de la nouvelle station du Midi, dessiné par Victor Besme en 1863. Il s'agit d'un plan orthogonal, découpant le quartier en îlots réguliers autour de deux artères principales parallèles aux voies de chemin de fer : la r. de Mérode et l'av. Fonsny. Suivant les principes urbanistiques en vigueur à l'époque, son entrée était marquée par une composition de deux façades symétriques (1876) act. démolies (Nos 1, 2) et une église était prévue au carrefour avec la r. de Danemark, dans le but de fermer la perspective de cette longue artère. Ce projet est abandonné en 1873 à cause du percement de l'av. du Roi, décidé dans le cadre de la création du quartier du Parc royal de Saint-Gilles-Forest (1875).

La rue est bâtie de 1864 à 1900. La plupart des maisons situées entre l'av. de la Porte de Hal et la r. Théodore Verhaegen voient le jour dans les années 1870 et 1880. Elles sont de style néoclassique, la plupart de trois niveaux. Au-delà de la r. Théodore Verhaegen, vers Forest, les gabarits des maisons s'amenuisent. La majorité compte deux niveaux et date des années 1890 et 1900. Le dépôt du tram se situe au fond de la rue (voir no 19 av. du Roi).

À l'origine principalement bâtie de maisons d'habitation, la rue a vu se développer une activité commerciale, entraînant le remaniement de bon nombre de r.d.ch. en magasin.

La rue subit actuellement des bouleversements causés par divers plans d'urbanisme (voir av. Fonsny). Le PPAS « Quartier de l'avenue Fonsny 1 » prévoit la démolition de toutes les maisons situées côté impair, entre les r. de Russie et Joseph Claes (Nos 23 à 115). Elles cèdent place soit à des immeubles de bureaux soit à des logements, en fonction des divers pans de la rue. Depuis la fin des années 1990, ce plan est en cours de concrétisation. Par ailleurs, le PPAS « Quartier de l'avenue Fonsny 2 » a entraîné la démolition du 1er îlot formé par la r. de Russie et l'av. de la Porte de Hal : les nos 2 à 20 ont fait place à un complexe de bureaux.

Nos ne figurant pas en notice : 1 et r. de l'Argonne 49, 51 : ensemble de trois maisons néoclassiques, 1876, le no 51 occupant l'angle, les deux autres numéros disposés symétriquement de part et d'autre. R.d.ch. modifiés et remembrés. no 1 r. de Mérode act. déroché ; 2, av. de la Porte de Hal 40-41 et r. de Russie 36 : vaste immeuble de bureaux occupant l'entièreté d'un îlot, 1998-2002, arch. J. H. Baudon et le bureau d'arch. A+U, édifié à l'emplacement d'une douzaine de maisons néoclassiques édifiées dans les années 1870 ;: maison néoclassique, 1868, act. recouverte de briquettes ; 5 : voir no 7 ; 9 : maison néoclassique, 1870, r.d.ch. transformé en commerce et étages couverts de briquettes. Ateliers arrière à usage de teinturerie construits en 1913, toujours en activité ; 11 : maison anc. néoclassique, 1869, arch. H. Hallut, façade couverte de briquettes ; 13 : maison anc. néoclassique, 1875, act. couverte de briquettes ; 15 : maison néoclassique, 1875, r.d.ch. transformé en commerce en 1969 ; 17 : maison anc. néoclassique, 1874, façade couverte de briquettes et r.d.ch. transformé en commerce ; 19 : maison anc. néoclassique, 1875, a perdu son décor enduit et semble exhaussée d'un étage ; 21 : maison anc. néoclassique, 1875, façade couverte de briquettes et r.d.ch. transformé en commerce en 1960 ; 23 à 115 : maisons néoclassiques pour la plupart des années 1870, act. démolies ou en passe de l'être sous l'effet du PPA « Quartier de l'avenue Fonsny 1 ». Certaines ont d'ores et déjà cédé la place à de nouveaux bâtiments (voir infra : nos 75, 77-79) ; 24, 26, 28 et r. de Russie 19 : ensemble de trois maisons néoclassiques, 1875, dessinées par le menuisier François-Xavier Wafelaerts ; 30 : maison anc. néoclassique, 1874, recouverte de briquettes ; 32 : maison anc. néoclassique, 1874, act. recouverte de briquettes ; 36 : voir no 34 ; 38-40 : immeuble, 1965, arch. A. Zylberszas (selon De Keyser, G., 1996), à l'emplacement de maisons néoclassiques de 1874 ; 42-44 : immeuble, fin des années 1980, à l'emplacement de maisons néoclassiques de 1874 ; 46 et r. d'Angleterre 25, 27 : ensemble de trois maisons néoclassiques, 1865, le no 46 à l'angle ; 48 : immeuble moderniste, 1963, arch. Alexis Leys (selon De Keyser, G., 1996), érigé à l'emplacement d'une maison néoclassique de 1877 ; 50-50a : maison néoclassique, 1876, r.d.ch. transformé en commerce en 1937 ; 56 : maison néoclassique, 1888, dérochée et transformée en commerce au r.d.ch ; 64 et r. de Hollande 30, 34 : ensemble de trois maisons néoclassiques, 1870, le no 64 exhaussé d'un niveau en 1929, son r.d.ch. transformé en commerce de style Art Déco en 1934 par l'arch. Clément Blomme, recouvert de marbrite verte et noire ; 66 : maison néoclassique construite pour le plafonneur Deridder en 1864, façade recouverte de carrelage, r.d.ch. transformé en commerce en 1945 ; 68 : maison néoclassique construite pour le maçon Jean-Baptiste Rucquoi, 1864, r.d.ch. transformé en commerce ; 70 : maison néoclassique, 1864, r.d.ch. transformé en commerce depuis 1933 ; 72, 74 : deux maisons à l'origine jumelles et de style néoclassique, arch. Paul De Jaer, 1874, façades recouvertes de briquettes et r.d.ch. transformés en commerce ; 75 et r. de Hollande 13 : immeuble de bureaux, 2000, arch. Nicolas Watchenko et Pierre Jonger ; 76 : maison d'inspiration Renaissance, 1870, bâtie pour et probablement par l'arch. Paul De Jaer, exhaussée d'un étage en 1923, nouvelle huisserie en aluminium et garage percé dans le soubassement en 1977 ; 77-79 : à l'angle de la r. de Suède, immeuble de logements sociaux, conçu pour le Foyer saint-gillois en 2002 par les arch. J. P. Jourdain et D. Nicaise du bureau Teau ; 80 : maison néoclassique, 1873, r.d.ch. transformé en commerce en 1938 ; 82, 84 et r. de Suède 20 à 28 : ensemble de maisons néoclassiques, 1872. Le no 84 ré-enduit ; 86, 88 et r. de Suède 23, 25, 27 : ensemble de cinq maisons d'inspiration néoclassique, 1874, les nos 23 et 25 r. de Suède jumelés en miroir, les nos 27-27a r. de Suède et 88 r. de Mérode, analogues à l'origine. R.d.ch. du no 88 modifié ; 89 : voir no 113 ; 90 : maison néoclassique, 1872, rhabillée en 1945 ; 92, 94 : deux maisons néoclassiques jumelles, 1875, recouvertes de briquettes, r.d.ch. du no 94 transformé en garage ; 96, 98 : ensemble de deux maisons néoclassiques, 1875, le no 96 percé à l'origine d'une vaste vitrine au r.d.ch., le no 98 exhaussé de deux niveaux en 1925 ; 100 à 106 : ensemble de quatre maisons néoclassiques, 1874, façades recouvertes de briquettes, r.d.ch. transformés en commerce, à une époque indéterminée au no 100, en 1936 au no 102, en 1911 au no 106 ; 108 : maison néoclassique, 1876. La façade a perdu son décor enduit. Vitrine percée en 1910. Atelier de serrurerie en fond de terrain (1874) ; 110, 112 : voir no 113 ; 114, 116, 118 et r. Joseph Claes 29 : ensemble de quatre maisons, 1877, le no 118 act. recouvert de briquettes ; 115 : voir no 113 ; 117 : voir no 113 ; 120, 122 : deux maisons jumelles de style néoclassique, conçues selon le même permis de 1872 que deux autres maisons identiques, situées à front de la rue voisine, implantées sur des parcelles contiguës (voir r. de Suède nos 31, 33). Le no 120 est exhaussé d'un étage. Le no 122 est recouvert de briquettes. Le r.d.ch. des deux maisons sont transformés en commerce ; 123 : maison néoclassique, 1872, arch. D. Desmedt. Bâtiment arrière à usage de malterie, 1877. R.d.ch. converti en commerce en 1896. Élévation recouverte, vraisemblablement au tournant du XXe s., de carreaux de carrelage clair à décor de carreaux de couleurs ; 124 : maison néoclassique, 1874, r.d.ch. transformé en commerce en 1914, dernier étage ajouté ultérieurement ; 125 : maison néoclassique, 1876. Élévation recouverte, vraisemblablement au tournant du XXe s., de carreaux de carrelage clair à décor de carreaux de couleurs ; 127 : large maison néoclassique, à l'origine deux maisons avec atelier de marbrerie et petite maison d'habitation à l'arrière, bâties selon le permis délivré en 1876 à H. Grégoire, tailleur de pierre. Act. à l'abandon ; 128 : maison de 1874, logette établie en 1937 ; 130 : maison éclectique à façade polychrome, 1893, étage ajouté en 1935 ; 133 : maison néoclassique, 1876, façade couverte de briquettes ; 134 : maison d'angle néoclassique, 1877, act. dérochée ; 135 et r. Coenraets 26, 28 : ensemble de trois maisons néoclassiques, 1876 : deux maisons identiques act. recouvertes de briquettes (no 135 et r. Coenraets 26) de part et d'autre d'une maison d'angle (No 28 r. Coenraets) ; 137 et r. Coenraets 25, 27 : ensemble de deux maisons néoclassiques jumelles, act. recouvertes de briquettes, 1871 ; 139, 141 : deux maisons jumelles néoclassiques, 1871 (selon De Keyser, G., 1996) ; 143 : maison anc. néoclassique, 1872, exhaussée d'un étage et modifiée au r.d.ch. Étages recouverts de briquettes. Atelier arrière de 1884, agrandi en 1920 pour la manufacture de gants « Hellinckx & Pearl » ; 145, 147 : deux maisons jumelles anc. néoclassiques, 1875, toutes deux exhaussées d'un étage et recouvertes de briquettes ; 146 : maison néoclassique, 1874, act. dérochée ; 148 : maison anc. néoclassique, 1875, exhaussée ultérieurement d'un étage ; 149 : maison anc. néoclassique, 1872, bâtie pour le marbrier et tailleur de pierre Grégoire Hubert, act. exhaussée d'un étage et revêtue de briquettes ; 154 : maison néoclassique, entrepreneur Joseph Lambert, 1899, r.d.ch. transformé en commerce ; 156-160 et r. de Danemark 31-31a-31b : vaste immeuble d'angle à appartements, arch. Franck L. Jansen, 1963, bâti à l'emplacement de deux maisons de 1886 ; 159, 161 : deux maisons néoclassiques bâties pour le marbrier et tailleur de pierre Grégoire Hubert, 1879, le no 161 rhabillé et exhaussé en 1928 par l'arch. L. Desaedeleer (date et signature en façade) ; 163 : petite maison néoclassique, 1894, rhabillée en Art Déco par l'arch. Alphonse Kinnard, 1937 ; 168 : petite maison néoclassique, 1895 ; 171 : maison éclectique, 1897, act. revêtue de briquettes ; 172 : maison néoclassique, 1894 ; 174 : maison de 1892, recouverte de briquettes ; 176 : maison de 1895 recouverte de briquettes ; 178 : maison de 1895, anc. d'inspiration néoclassique, ayant perdu son décor enduit ; 180 : maison d'inspiration néoclassique, 1894. Grande vitrine Art Déco percée au r.d.ch. en 1931, à beau vitrail coloré géométrique ; 186 : maison d'angle néoclassique, 1890 ; 191 : petite maison d'inspiration néoclassique, 1895 ; 187, 189 et r. Théodore Verhaegen 206, 208, 210 : ensemble de cinq maisons, celle de l'angle (No 187 r. de Mérode et r. Théodore Verhaegen 206) d'inspiration néoclassique, les autres de style éclectique, 1897 ; 194 : maison anc. néoclassique, 1890, maçons-entrepreneurs Jean-Baptiste Hasaerts et Cie, act. recouverte de briquettes et privée de son balcon ; 198 : immeuble à appartements, arch. Gustave Stormacq, 1959, construit à l'emplacement d'une maison dessinée en 1880 par le géomètre juré Frédéric Dubois ; 199 : maison éclectique, 1893 ; 200, 202, 204 : trois maisons anc. jumelles et néoclassiques, 1880, géomètre Van Lint, le no 200 act. couvert de briquettes, le no 202 transformé en commerce au r.d.ch. en 1921 et exhaussé d'un étage, le no 204 rhabillé en style moderniste probablement dans les années 1960 ; 203 : maison éclectique, enduite à l'origine, 1893 ; 205 : maison éclectique, probablement enduite à l'origine, 1894, arch. Hubert Marcq ; 209 : maison d'inspiration néoclassique, 1898, édifiée sur parcelle traversante avec le no 34 av. du Roi ; 210 : maison Art nouveau, 1904, exhaussée de deux niveaux et transformée en 1931, arch. G. Mignolet ; 211 : maison d'angle anc. néoclassique, 1894, décor enduit disparu ; 212 : maison, 1890, exhaussée en 1924, act. recouverte de briquettes ; 213 : maison éclectique à façade polychrome, arch. Crickx, 1900 ; 214 : maison de composition symétrique, 1892, exhaussée d'un étage en 1935, act. recouverte de cimorné ; 222 : maison, 1898, arch. J. Janssens, recouverte de carrelage ; 223 : maison éclectique, arch. Léon Duverger, 1907 ; 224 : maison, 1897, garage percé dans le soubassement en 1935 ; 226 : maison d'inspiration néoclassique, 1896 ; 228 : maison d'inspiration néoclassique, 1897 ; 230 : maison de 1897 ; 232 : maison de 1897, exhaussée d'un étage en 1912 ; 234 : maison, 1897, act. recouverte de briquettes ; 236 : maison de 1898 ; 238, 240 : deux maisons jumelles, 1898 ; 244 : maison éclectique, arch. Hector Gérard, 1897, lucarne rendue passante et devancée d'un balconnet en 1905, façade act. recouverte de briquettes ; 246 : maison éclectique, 1898, arch. Diaz, profondément remaniée en 1956 par l'arch. Henri Jacobs ; 256 et r. du Croissant 1 : immeuble d'angle de style Art Déco, 1912, arch. Charles Petein. Destiné à abriter la succursale belge de l'usine allemande « Atlas werkte, Poehler & Cie » productrice de machines et matériel pour la fabrication de chaussures. R.d.ch. éventré par l'installation en 1962 d'une station d'essence. Nouveaux châssis de dimension inappropriée ; 256a : maison de 1897, act. recouverte de briquettes ; 258 : maison éclectique à façade polychrome, 1901, r.d.ch. transformé en commerce en 1945.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Ouvrages
Saint-Gilles. Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU asbl, Bruxelles, 1988, p. 49.

Vie économique à Saint-Gilles…des origines à demain, Syndicat d'initiative de Saint-Gilles, 1993, pp. 109-128.

Archives des numéros ne figurant pas en notice
ACSG/Urb. 1 : 3541 (1876) ; 2 : voir av. de la Porte de Hal 40-41 : 2002-005 (2002) ; 3 : 6572 (1868) ; 9 : 7885 (1870), – (1913) ; 11 : 727 (1869) ; 13 : – (1875) ; 15 : 2938 (1875), – (1969) ; 17 : 2612 (1874) ; 19 : 2910 (1875) ; 21 : 2885 (1875), – (1960) ; 24, 26, 28 : 2875 (1875) ; 30 : 2538 (1874) ; 32 : 2524 (1874) ; 46 : – (1865) ; 48 : 4505 (1877) ; 50-50a : 3781 (1876), 130 (1937) ; 56 : 3050 (1888) ; 64 : 322 (1929), 107 (1934), voir également r. de Hollande 30, 34 : 7938 (1870) ; 66 : 3644 (1864), 3 (1945) ; 68 : 3693 (1864) ; 70 : 3534 (1864), 184 (1933) ; 72, 74 : 2252 (1874) ; 75 : – (2000) ; 76 : 7950 (1870), 234 (1923), – (1977) ; 77-79 : – (2002) ; 80 : 2049 (1873), 193 (1938) ; 82, 84 : voir r. de Suède 20 : 1546 (1872) ; 86, 88 : voir r. de Suède 23, 25, 27 : 2207 (1874) ; 90 : 1709 (1872), 104 (1945) ; 92, 94 : 3066 (1875) ; 96, 98 : 11184 (1875) ; 98 : 113 (1925) ; 100 à 106 : 2384 (1874), 382 (1911), 93 (1936) ; 108 : 2355 (1874), 3511 (1876), 353 (1910) ; 114, 116, 118 : 4475 (1877) ; 120, 122 : 1703 (1872) ; 123 : 1796 (1872), 4604 (1877), 475 (1896) ; 124 : 2670 (1874), 24 (1914) ; 125 : 3616 (1876) ; 127 : – (1876) ; 128 : 2618 (1874), 171 (1837) ; 130 : 3421 (1893), 49 (1935) ; 133 : 3467 (1876) ; 134 : 4593 (1877) ; 135 : 3408 (1876) ; 137 : 1057 (1871) ; 143 : 1560 (1872), 432 (1884), 102 (1920) ; 145, 147 : 2059 (1875) ; 146 : 2631 (1874) ; 148 : 3072 (1875) ; 149 : 1853 (1872) ; 154 : 1638 (1899) ; 156-160 : 1193 (1886), 48 (1963) ; 159, 161 : 6009 (1879) ; 163 : 3660 (1894), 294 (1937) ; 168 : 126 (1895) ; 171 : 823 (1897) ; 172 : 3677 (1894) ; 174 : 3167 (1892) ; 176 : 109 (1895) ; 178 : 184 (1895) ; 180 : 3729 (1894), 248 (1931) ; 186 : – (1890) ; 187, 189 : voir r. Théodore Verhaegen 206, 208, 210 : 924 (1897) ; 191 : 278 (1895) ; 194 : 2382 (1890) ; 198 : 6910 (1880), 53 (1959) ; 199 : 3456 (1893) ; 200, 202, 204 : 6863 (1880) ; 202 : 118 (1921) ; 203 : 3436 (1893) ; 205 : 3570 (1894) ; 209 : voir av. du Roi 34 : 1406 (1898) ; 210 : 160 (1904), 355 (1931) ; 211 : 3783 (1894) ; 212 : 2408 (1890), 43 (1924) ; 213 : 2124 (1900) ; 214 : 3029 (1892), 189 (1935) ; 222 : 1238 (1898) ; 223 : 145 (1907) ; 224 : 1019 (1897), 142 (1935) ; 226 : 773 (1896) ; 228 : 807 (1897) ; 230 : 932 (1897) ; 232 : 822 (1897), 67 (1912) ; 234 : 1077 (1897) ; 236 : 1212 (1898) ; 238, 240 : 1244 (1898) ; 244 : 813 (1897), 1612 (1905) ; 246 : – (1898), 114 (1956) ; 256 : 352 (1912), 107 (1962) ; 256a : 1054 (1897) ; 258 : 298 (1901), – (1945).