De forme rectangulaire, ce square est une section élargie de l'avenue du Bois de La Cambre. Il constitue le point de convergence de plusieurs artères importantes: les avenues Armand Huysmans, d'Italie, des Grenadiers, du Bois de La Cambre et la chaussée de Boitsfort.

La création du square est projetée dans le cadre du plan d'aménagement du quartier de Boondael, qui s'étend de l'avenue Brillat-Savarin aux confins d'Ixelles et couvre notamment le site précédemment occupé par l'Exposition universelle de 1910 et l'ancien hameau de Boondael. Ce plan est définitivement fixé par arrêté royal le 02.11.1937 après avoir fait l'objet de plusieurs variantes.

Vers 1965, le square est reprofilé et élargi dans le cadre du PPAS de l'îlot 311 et de ses abords (ou PPAS «Vieux Tilleul»; arrêté royal du 12.07.1963), en même temps que l'on perce l'avenue d'Italie. Il prend alors sa physionomie actuelle: en bordure de la place rectangulaire, on prévoit l'érection d'un centre commercial, une salle de cinéma, un parking couvert et un immeuble à appartements à quatre façades. La réalisation de ce complexe résidentiel et commercial qui domine aujourd'hui le paysage est confiée à l'architecte et urbaniste Albert J. De Doncker (Résidence du Vieux Tilleul, n°1-7; 1962).

Le square du Vieux Tilleul se situe à proximité du centre historique de l'ancien hameau de Boondael et était autrefois traversé par le Dieweg (ancien chemin vicinal n°2 dont le tracé, sur le territoire d'Ixelles, correspond à celui des actuelles avenue Air Marshal Coningham, avenue du Bois de La Cambre et rue de la Treille). Si le caractère rural du hameau a complètement disparu dans le cadre de l'urbanisation intense entreprise entre 1930 et 1960, quelques bâtiments, aux abords du square, évoquent encore cet aspect villageois: l'ancienne chapelle Saint-Adrien (voir n°10) ainsi que deux anciennes fermes: l'Auberge de Boondael (voir n°12) et l'Ancienne laiterie du Vieux Tilleul (voir n°11).

[i]Boondael derrière l’église[/i], s.d (Collection de Dexia Banque-ARB-RBC).

Le square doit son nom à la présence d'un tilleul à larges feuilles (tilia platyphyllos) qui aurait été planté au début du XVIIe siècle, lors de la reconstruction de la chapelle Saint-Adrien toute proche – ce qui correspond à l'illustration du tilleul centenaire qui figure sur la carte figurative des biens de l'abbaye de La Cambre exécutée par le géomètre G. Couvreur en 1717 (AGR, Cartes et plans manuscrits, no8676 B - édité par Laurent, R., 1996, p.33, plancheI/11).

Le Vieux Tilleul, AGR, Cartes et plans manuscrits, no 8676 AAGR, Cartes et plans manuscrits, no 8676 AAGR, Cartes et plans manuscrits, no 8676 A.

Le tilleul serait donc âgé, en ce début du XXIe siècle, de près de 400 ans. Classé par arrêté royal le 21.12.1936, il est à ce jour le plus gros de son espèce recensé en Région de Bruxelles-Capitale.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/TP Quartier Boondael.
ACI/Urb. 1-7: 52-1-7.

Ouvrages
DOSOGNE, D., Formation et évolution de deux quartiers résidentiels du Sud-est de Bruxelles: le quartier du Solbosch et le quartier de Boondael, mémoire de fin de licence spéciale en Urbanisme et Aménagement du territoire, ULB, 1994.
GONTHIER, A., Boondael. Le Milieu, les hommes, les institutions, Éditions de la librairie encyclopédique, Bruxelles, 1955.
GUILLAUME, A., MEGANCK, M., et al., Atlas du sous-sol archéologique de la Région de Bruxelles:15 Ixelles, Bruxelles, 2005, pp. 85-87.
HAINAUT, M., BOVY, Ph., Boondael (1), Commune d'Ixelles, Bruxelles, 2003 (À la découverte de l'histoire d'Ixelles, 10), pp. 22-27.
LAURENT, R., Les biens de l'abbaye de La Cambre en Brabant. Atlas terrier 1716-1720, Bruxelles, 1996 (Sources cartographiques et iconographiques pour l'Histoire du Paysage en Belgique).
RENOY, G., Ixelles-Boondael en cartes postales anciennes. Itinéraire sentimental, Bibliothèque Européenne, Zaltbommel, 1979.