Cette longue artère relie le square Albert Devèze (sur l'avenue Adolphe Buyl) au square du Vieux Tilleul (sur l'avenue du Bois de la Cambre). Elle est traversée par de nombreuses voiries: les avenues de l'Université, Pierre et Marie Curie, Guillaume Gilbert, Général Dossin de Saint-Georges et Georges Bergmann. Le square Valère-Gille y débute.

Les premiers tronçons de l'avenue (entre le square Albert Devèze et l'avenue Guillaume Gilbert) sont ouverts dès le débuts des années 1930 en vertu des arrêtés royaux des 05.09.1930 et 19.06.1931 (consacrés à l'aménagement du quartier de Boondael). Dès cette époque, quelques parcelles sont construites (vers 1933-1934). L'avenue est ensuite modifiée et prolongée toujours dans le cadre du plan d'aménagement du quartier de Boondael, définitivement adopté par arrêté royal le 02.11.1937.

D'abord dénommée avenue des Latins, elle est dédiée en 1935 au bourgmestre d'Ixelles Armand Huysmans (Schaerbeek, 1872 - Ixelles, 1935). Actif au Conseil communal dès 1904, il devint bourgmestre en 1929. Il a largement contribué à l'urbanisation et au développement du quartier du Solbosch.

Avenue Armand Huysmans 161 (photo 2014).

L'avenue se bâtit du début des années 1930 à la fin des années 1960, d'abord de quelques maisons unifamiliales (telles que les nos161 et 159, respectivement des architectes Watterman, 1933 et Lacroix, 1934, les plus anciennes maisons de l'avenue) puis principalement d'immeubles à appartements de divers gabarits. Parmi ceux-ci, notons dès les années 1930, la construction de grands immeubles de style Art Déco, principalement au début de l'avenue, tels que les nos28 (entrepreneur Jacques Wolf, 1937), 32 et 34 (voir ces numéros). C'est durant les années 1950 que l'urbanisation de l'avenue prit son envol. De grands immeubles à appartements (tels que le n°50 dû à l'architecte Jacques Cuisiner, 1955) côtoient des maisons unifamiliales (tel que le n°187, architecte Yvan Blomme, 1951) dont la remarquable Maison Rombaut-Deplus, née de la collaboration entre l'architecte André Jacqmain et le designer Jules Wabbes (voir n°196) et des immeubles de taille moyenne (voir les nos172-172a, 179 et 198).
Tous les bâtiments de l'avenue sont précédés d'une zone de non-bâtisse parfois aménagée en jardin, souvent en allée d'accès au garage.

Avenue Armand Huysmans 187, élévation, ACI/Urb. 24-187 (1951).


Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACI/TP 24, Quartier Boondael.
ACI/Urb. 161: 24-161; 159: 24-159; 28: 24-28; 50: 24-50: 187: 24-187.

Ouvrages
BOVY, Ph., Boondael (1), Commune d'Ixelles, Bruxelles, 2003 (À la découverte de l'histoire d'Ixelles, 10).
DOSOGNE, D., Formation et évolution de deux quartiers résidentiels du Sud-est de Bruxelles: le quartier du Solbosch et le quartier de Boondael, mémoire de fin de licence spéciale en Urbanisme et Aménagement du territoire, ULB, 1994.
Ixelles, Ensembles urbanistiques et architecturaux remarquables, ERU, Bruxelles, 1990, pp. 131-137.

Périodiques
HAINAUT, M., «Une rue d'Ixelles porte leur nom», Mémoire d'Ixelles, 29, 1988, p. 5.