Typologie(s)

dépendances

Intervenant(s)

Statut juridique

Classé depuis le 26 octobre 1973

Styles

Néo-Renaissance flamande

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 29545
voir plus

Description

Bâtiment de style néo-Renaissance flamandeLe style Renaissance flamande (XVIe s.) mêle des éléments inspirés de la Renaissance italienne à l’héritage architectural médiéval local. Le style néo-Renaissance flamande (de 1860 à 1914 environ) cherche à ressusciter cette architecture, à la faveur de l’émergence du nationalisme belge. Il se caractérise par des élévations en briques et pierres et des formes caractéristiques (pignons, tourelles, logettes). construit en 1878 pour Wilhelm Duden, au sud-est du château. Façades en briques rehaussées de bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. en grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice., sur un soubassement de pierre bleue. Long bâtiment en L d’un niveau sous bâtièreToit à deux versants., flanqué d’une tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. d’escalier sous toiture conique. À gauche, bâtiment en bois ajouté entre 1901 et 1911.

Façade principale percée de fenêtres (à croiséeBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit. ou meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. en pierre) à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. devancées d’une grille en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. TourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles. ronde animée de pierres blanches disposées en gradins, éclairée d’étroites fenêtres; toiture conique en ardoises percée de petites lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. et coiffée d’une girouettePlaque métallique souvent ajourée, tournant au gré des vents dont elle indique la direction. La girouette se trouve d'ordinaire au faîte du toit. métallique. À droite de la tourellePetite tour engagée dans un bâtiment, généralement sur un de ses angles., porte d’entrée à baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d’imposte sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. ajouré d’une haute fenêtre verticale. Petits contreforts en briques sommés d’un couvre-murCouverture, souvent en pierre ou en céramique, disposée au sommet d’un mur pour le protéger de l’eau de pluie. Les pignons et les murs de clôture sont d’ordinaire pourvus d’un couvre-mur. pentu. Corniche en bois soulignée d’une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. denticulée en briques. . LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à aisseliers en bois soutenant leur toiture en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon.. La partie du bâtiment à gauche de la tour aménagée en habitation et celle à droite de la tour en écurie.

Façade du retour d’angle à pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. et amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement. animés d’ancres en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. en forme d’une clé de sol et d’un D (de Duden) entrelacés. Petite cloche au-dessus de la fenêtre axiale. Cette partie du bâtiment était aménagé en remise et le grenier servait de fenil.

En façade latérale gauche, bâtiment en bois de deux niveaux sous toiture plate (1901-1911), à décor d’inspiration Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise.; petit balcon en bois décoré d’un motif japonisant et prenant appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. sur des aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale. (1901-1911). Menuiserie en grande partie d’origine.

Sources

Archives
ACF/TP 112 (fonds non classé)
ACF/Urb. 282 (1878), 285 (?), 411 (?), 415 (1882), 483 (?), 3947 (1906), 13916 (1939), 17840 (1960), 18680 (1965), 24887 (2011), 25209 (2014).
Cercle d’histoire et du patrimoine de Forest, «Parc Duden».

Ouvrages
APEB asbl, Les écuries du Parc Duden. Étude historique, architecturale et stratigraphique (étude inédite réalisée à la demande de l’IBGE), mars 2013.
CABUY, Y., DEMETER, S., LEUXE, F., Atlas du sous-sol archéologique de la région de Bruxelles, 4, Forest, MRBC – MRAH, Bruxelles, 1993.

DUBREUCQ, J., Forest en cartes postales anciennes, Bibliothèque Européenne, Zaltbommel, 1981.
FRANCIS, J., La chanson des rues de Forest, Louis Musin éditeur, Bruxelles, 1976, p.41.
HUSTACHE, A., Forest, CFC-Éditions, Bruxelles, 2001 (coll. Guide des communes de la Région bruxelloise), pp.57-63.
LOMBAERDE, P., Léopold II. Roi-bâtisseur (Catalogue d’exposition), Pandora, Bruxelles, 1995, pp.70-77.
OUT-SITE bvba, Parc Duden. Realisatie van een historische landschappelijke studie van het parc Duden (étude inédite réalisée à la demande de l’IBGE), janvier 2011.
PIERRON, S., Histoire illustrée de la Forêt de Soignes. Tome 1. La géographie – L’histoire – La juridiction, La Pensée Belge, Bruxelles, s.d.
PIRLOT, A.-M., Le quartier de l’Altitude Cent, SPRB, Bruxelles, 2014 (Bruxelles, Ville d’Art et d’Histoire, 53), pp.3-7, 14-15.
VANDER GOTEN, H.,VOKAER, J.-P., Le parc Duden, à Forest, Guide du Promeneur (Géologie, histoire, faune, flore), s.n., s.l., 1953.
VERNIERS, L., Histoire de Forest-lez-Bruxelles, A. De Boeck, Bruxelles, 1949, pp.195-197, 199-200.
VOKAER, J.-P., Par les rues de Forest. Études sur la toponymie locale, Imp. Cantrin, Bruxelles, 1954,pp.31-32.

Périodiques
VAN LIL, A., «La Paroisse de Saint Augustin à Forest», Le Folklore brabançon, no218, juin 1978, pp.101-110.
VAN LIL, A., «Le sort des biens forestois de l’Abbaye Bénédictine des Dames Nobles», Le Folklore brabançon, 237-238, 1983, pp.31-88.
VAN LIL, A., «Duden et son Parc à Forest», Le Folklore brabançon, no267, septembre 1990, pp.176-190.

Sites internet
Inventaire du patrimoine naturel, Région de Bruxelles Capitale

Le Parc Duden, Promenades Forestoises

Arbres remarquables à proximité