Typologie(s)

maison ou immeuble de rapport

Intervenant(s)

J. OLIVE1874

Styles

Éclectisme
Néo-Renaissance

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Pentagone (1989-1993)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 33604
voir plus

Description

Immeuble de rapport de type Haussmannien, élevé en 1874 par J.-B.A. Mosnier sur les plans de l’architecte parisien J. Olive.

Cinq niveaux et quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous toiture mansardée couverte d’ardoises. Façade de style éclectique à caractères Second EmpireStyle Empire (de 1800 à 1850 environ). Tendance particulière du néoclassicisme caractérisée par un décor d’inspiration archéologique (palmettes, sphinx, griffons, etc.), issu de l’Antiquité grecque, romaine ou égyptienne. et RenaissanceLe style néo-Renaissance (de 1860 à 1914 environ) puise son inspiration dans l'architecture de la Renaissance, un courant artistique né en Italie au XVe siècle qui cherchait à ressusciter l’architecture de l'Antiquité gréco-romaine., entièrement en pierre blanche et richement décorée. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. symétrique marquée par les divisions horizontales en registresAlignement horizontal de baies sur un pignon. et la mise en valeur des deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales qui se prolongent dans une lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. couronnée par un fronton ouvragé et rehaussé par un cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale. millésimé «1874». Rez-de-chaussée scandé par les pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. et l’entablement qui encadrent la vitrine centrale et les entrées latérales, l’une au magasin, à gauche, l’autre privée à droite Deuxième niveau conçu comme un entresol, animé de refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages.. Deux niveaux supérieurs compris entre le garde-corps en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées. et à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. qui souligne le bel étage et celui qui surmonte la corniche sur modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche., devant le cinquième niveau en attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement.. Deux travées axiales encadrées par des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. colossaux que surmontent des hermès à hauteur d’attique. Fenêtres rectangulaires à encadrement mouluré, celles du bel étage accostées de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. et coiffées d’un frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. triangulaire; garde-corps en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. au quatrième niveau. Corniche de pierre. Deux œils-de-bœuf encadraient la lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. axiale.


Sources

Archives
AVB/TP 12029 (1874).

Arbres remarquables à proximité