Typologie(s)

crèche

Intervenant(s)

Styles

Néoclassicisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016-2017

id

Urban : 37738
voir plus

Description

Vaste bâtiment à usage de crèche, à façade de style néoclassique, conçu à partir de 1866 et agrandi et transformé à de nombreuses reprises entre 1900 et 1963.

Historique

En 1866, Pierre Gavand, propriétaire d’un terrain d’une largeur correspondant aux six dernières travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de la bâtisse actuelle, fait construire une maison sur la moitié droite de celui-ci. De deux niveaux et trois travées égales, sa façade néoclassique est dotée d’une porte en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. gauche et d’un balcon axial. En 1872, le reste du terrain est clos d’un mur. En 1873, Gavand lègue par testament à Laeken la nue-propriété de sa maison, afin qu’elle devienne, au décès de l’usufruitière de celle-ci, une crèche ou une école gardienne.

En 1883 est fondée, sous les auspices de la Commune, une crèche privée destinée aux enfants des classes laborieuses de Laeken. Elle est baptisée Crèche Clémentine en hommage à la fille du roi Léopold II. L’institution est alors installée au no2 de la rue Saint-Georges (aujourd’hui rue Hubert Stiernet). En 1889, cinq ans après le décès de l’usufruitière, la crèche emménage au no38 de la rue de Molenbeek.

En 1900, l’architecte Ernest Wargnies prolonge le bâtiment de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. à l’identique, sur la moitié gauche de la propriété. Entre 1901 et 1904, l’institution se dote d’une section maternelle. Dans l’entre-deux-guerres, le bâtiment est encore agrandi, par l’architecte Victor Van Haelen. En 1932, à gauche, nouvelle extension à l’identique, de quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., sur un terrain acquis par la Commune. L’extension présente un second étage sous bâtière aplatie, traité en mansarde à lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. côté rue. Le brisis et une partie du terrasson sont prolongés, vraisemblablement dans la foulée, sur le reste du bâtiment, avec maintien du sommet de l’ancienne bâtièreToit à deux versants.. Entre 1927 et 1937, en façade arrière, établissement à l’étage d’une galerie-solarium à structure de béton. En 1937, la porte de 1866 est remplacée par un modèle Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs..

Entre 1958 et 1960, la crèche est rebaptisée Ernest Salu, en hommage au sculpteur laekenois qui fit partie de son conseil d’administration de 1883 à son décès en 1923. Entre 1961 et 1963, le bâtiment est modernisé. Deux nouveaux escaliers en béton remplacent l’originel en bois, celui menant au premier étage implanté contre le mitoyen droit. Parallèlement, la porte d’entrée de 1937 est déplacée à l’avant-dernière travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade..

Description

Façade de style néoclassique, de deux niveaux sous brisis et dix travées égales. À la neuvième travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion.. À la huitième, fenêtre établie en 1963 en remplacement de la porte d’entrée, déplacée vers la droite. Brisis de 1932, percé de neuf lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. à corniche cintrée.
Façade rehaussée de douze plaques commémoratives en marbre blanc, portant les noms de bienfaiteurs et de membres du conseil d’administration. À gauche de l’entrée, plaque en granit de 1963 intégrant un médaillonCartouche rond ou ovale. en bronze représentant la maternité, offert par le sculpteur Ernest Salu.
Porte vitrée en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. de 1937. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. en bois à petits-fers conservés, à carreaux inférieurs pour la plupart à relief. Fenêtres du rez-de-chaussée aux six dernières travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. pourvues de volets à l’origine.

Sources

Archives
AVB/ARCH 982 (1961-1962), 983-986 (1963), 981 (1973).
AVB/TP Laeken 2379 (1866), Laeken 2740 (1872), 67129 (1900-1910), 53243 (1927), 41370 (1932), 48425 (1937).

Ouvrages
COSYN, A., Laeken Ancien & Moderne, Imprimerie scientifique Charles Bulens, Bruxelles, 1904, p. 151.

Périodiques
Almanach du Commerce et de l’Industrie, «Molenbeek (rue de)», 1958, 1960.
VAN DER ELST, W., «De crèche Clémentine», LACA Tijdingen, 1, année 24, janvier-février-mars 2013, pp. 26-36.
VAN DER ELST, W., «Nogmaals de crèche Clémentine», LACA Tijdingen, 2, année 24, avril-mai-juin 2013, pp. 9-14.