Typologie(s)

sculpture et monument commémoratif

Intervenant(s)

Fernand DEBONNAIRESsculpteur1956

A. BERNARD architecte1956

Inventaire(s)

  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Laeken (Archistory - 2016-2019)

Recherches et rédaction

2018

id

Urban : 38324
voir plus

Description

Monument en pierre blanche conçu en 1956 par le sculpteur Fernand Debonnaires et l’architecte A. Bernard, à l’initiative du Comité du Fonds national d’Hommage à Adolphe Max. Signatures sur le flanc droit du monument: «A. BERNARD / ARCHITECTE / F. DEBONNAIRES / STATUAIRE».

Homme politique libéral, Adolphe Max fut bourgmestre de la Ville de Bruxelles de 1909 à sa mort, le 06.11.1939. Différents projets de monument furent élaborés, pour divers emplacements, dont plusieurs par les architectes de la Ville: François Malfait en 1940 pour la place de la Monnaie, la place de Belgique et le bas du boulevard du Centenaire; Jean Rombaux en 1945 pour les ronds-points Schuman et Louise. C’est finalement le plateau du Heysel qui fut retenu, conformément au souhait d’Adolphe Max, qui fut l’initiateur de l’Exposition universelle de 1935.

Implanté sur un talus de plan en arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de cercle accessible par deux emmarchements, monument composé de deux parallélépipèdes rectangles, l’un dressé, sur socleMassif surélevant un support ou une statue., portant côté place la statue du bourgmestre accompagné de son chien, sur une consolePièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console., l’autre couché, portant une citation bilingue du bourgmestre et orné à son extrémité d’un bas-relief figurant des arbres intégrant les inscriptions latines «CARITAS PATRIAE / PATROCINIUM / AEQUITATIS / AMOR LIBERTATIS». L’élément couché est devancé par un plan d’eau en quart de cercle. Deux bancs, de pierre également, flanquent le monument.

Sources

Archives
AVB/NPP E23.
AVB/TP 70327 (1956-1957).


Ouvrages
DEROM, P., Les sculptures de Bruxelles. Catalogue raisonné, Galerie Patrick Derom, Bruxelles, 2002, p. 102.
DE ROOSE, F., Les fontaines de Bruxelles, Racine, Bruxelles, 1999, pp. 53-54.

Arbres remarquables à proximité