Typologie(s)

maison d’habitation
rez-de-chaussée commercial

Intervenant(s)

Henri CLOQUETarchitecte1901

Henri CLOQUETarchitecte1907

Styles

Éclectisme

Recherches et rédaction

2006-2008

id

Urban : 18347
voir plus

Description

Trois maisons de style éclectique, conçues par l'architecte Henri Cloquet pour un même propriétaire, le no 281 rue du Noyer – no 46 rue Van Ostade en 1901, les deux autres en ensemble en 1907.

Élévations de deux niveaux, en briques rouges, rehaussées de briques blanches et de pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. sous linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. et arc de déchargeArc noyé dans un mur plein, qui surmonte généralement un linteau ou un autre couvrement et sert à le soulager..

Au no 281 rue du Noyer – no 46 rue Van Ostade, maison de rapport à rez-de-chaussée commercial. Travée biaiseTravée d’angle, située de biais, généralement à quarante-cinq degrés, par rapport au reste de l’élévation. percée de l'entrée du commerce, devancée d'un balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. remplacé et coiffée d'une petite lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à toit en pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. des façades non alignées en travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Étages animés de ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. Vers la rue du Noyer, trois larges vitrines au rez-de-chaussée – la dernière ultérieurement dotée d'une porte –, pan de mur aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. marqué par une gaine de cheminée à l'étage, suivi par deux fenêtres de taille inégale. Vers la rue Van Ostade, porte suivie de trois fenêtres ; étage symétrique, percé d'une fenêtre, non prévue au plan, flanquée de deux plus larges. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. conservés au rez-de-chaussée ; à imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à petits-bois.

Aux nos 279 rue du Noyer et 44 rue Van Ostade, maisons de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé.. Balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. En travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée, entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne. percé d'une petite fenêtre à châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à arcatures.

Rue du Noyer 279 (photo 2008).

Au no 279 rue du Noyer, lucarne passanteUne lucarne est dite passante lorsqu'elle est située dans le plan de la façade et interrompt la corniche ou l’entablement terminal du bâtiment. à pignon à gradinsPignon dont les rampants sont étagés en escalier, à la manière de gradins. frappé du millésime « 1907 » et garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. conservée à l'exception de celle de la fenêtre du rez-de-chaussée ; impostesUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à petits-bois.

Rue Van Ostade 44 (photo 2008).

Au no 44 rue Van Ostade, porte sous corniche et baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie., à vantailLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. conservé. Grille du soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. remplacée.

Sources

Archives
AVB/TP 281 rue du Noyer – no 46 rue Van Ostade : 18038 (1901) ; 279 rue du Noyer et 44 rue Van Ostade : 1458 (1907).