Typologie(s)

hôtel particulier
maison ou immeuble de rapport
rez-de-chaussée commercial

Intervenant(s)

Théodore MENTIONarchitecte1910

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Est (Apeb - 2006-2009)

Recherches et rédaction

2006-2008

id

Urban : 18333
voir plus

Description

Établis sur une même parcelle coudée, deux immeubles conçus en 1910 par l'architecte Théodore Mention, qui signe au rez-de-chaussée rue des Patriotes. Un hôtel de maître vers la rue des Patriotes et une maison de rapport à rez-de-chaussée commercial à l'origine vers la rue du Noyer, reliés de manière originale par une cour intérieure et une cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier..

Larges élévationsDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. en briques, rehaussées de pierre bleue ainsi que de pierre blanche. Garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. à motifs de spirales.

Rue des Patriotes 94 (photo 2008).

Au no 94 rue des Patriotes, élévation de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé., de quatre niveaux, le dernier en attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement.. Rez-de-chaussée en pierre blanche. Étages en briques rouges, rehaussés de pierre blanche. Au rez-de-chaussée, baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. et archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. : entrée carrossable flanquée d'une petite fenêtre sous oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale., suivies de trois fenêtres. Fenêtres rectangulaires aux étages, à double croiséeBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit. en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée, à traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. en travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale.. En travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée, fenêtre du premier étage à allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. vitrée et grillagée entre des montants sculptés ; balcon au deuxième. En travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., logette de plan trapézoïdal, sous terrasse devançant deux fenêtres à imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie.. Corniche ponctuée de trois amortissements à motif de palmetteOrnement symétrique dont la forme est proche de celle d’une palme. La palmette est parfois composée de feuilles d’acanthe.. Niveau d'attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement. percé de fausses lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. en tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste.. Belle porte vitrée, en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage..

Rue du Noyer 183, élévation, AVB/TP 212 (1910).

Au no 183 rue du Noyer, élévation symétrique de trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., l'axiale en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général., et quatre niveaux, le deuxième entresolé. Rez-de-chaussée anciennement composé d'une porte piétonne, d'une devanture commerciale ainsi que d'une porte de garage. Au premier étage, portes-fenêtres à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. et garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. ; tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. dans l'axe. Au deuxième, logette axiale en menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. (conservée), sous terrasse. Fenêtres latérales rectangulaires, séparées de celles du troisième par des tablesPetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. ornées d'un sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. aujourd'hui modifié. Fenêtres du troisième à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. ; tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. dans l'axe. Enduite, la partie supérieure de l'élévation devait, à l'origine, être ornementée.

Rue des Patriotes 94 et rue du Noyer 183, coupe, AVB/TP 212 (1910).

Les deux immeubles présentent des plans originaux, qui s'interpénètrent. Au rez-de-chaussée, l'hôtel de maître comprend, en façade avant, un passage carrossable, une antichambre et une cuisine. À l'arrière de l'antichambre débute l'escalier d'honneur. Celui-ci mène à l'étage de réception, abritant grand hall et salle à manger. À cet étage, un escalier de nuit prend le relais, situé dans l'angle de la parcelle coudée. Il mène non seulement aux étages supérieurs de l'hôtel de maître, dévolus aux chambres, mais également à l'entresol et au premier étage de l'immeuble de la rue du Noyer. À l'entresol, seule la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de droite est accessible depuis l'hôtel, destinée à abriter laboratoire et bureau, tandis que les deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de gauche, accessibles depuis le rez-de-chaussée de l'immeuble de rapport, comprennent deux chambres. Au premier étage de cet immeuble, par contre, le palier mène à la cuisine d'un appartement occupant tout le niveau, doté d'une salle à manger et d'une chambre. Le dernier étage de l'immeuble de rapport compte, en outre, un second appartement de même configuration.

Sources

Archives
AVB/TP 212 (1910).

Arbres remarquables à proximité