Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Adolphe PUISSANTarchitecte1907

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Est (Apeb - 2006-2009)

Recherches et rédaction

2006-2008

id

Urban : 18329
voir plus

Description

Ensemble de deux maisons analogues, de style éclectique, conçues en 1907 par l'architecte Adolphe Puissant, le no 167 pour son propre compte.

Les maisons partagent une élévation continue, de trois niveaux, en briques rehaussées de pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires pour la plupart. Au premier étage, logette en menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. de plan trapézoïdal, sous toit à trois pans. Toiture percée d'une lucarne rampanteUne lucarne est dite rampante lorsqu'elle est couverte par un appentis incliné dans le même sens que le versant du toit..

Au no 165, élévation symétrique. Deux fenêtres au rez-de-chaussée, large fenêtre à deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. au second étage. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. partiellement remplacée.

Au no 167, élévation de composition asymétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition asymétrique lorsqu’elle compte deux travées inégales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux. La travée principale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. Les caves, d’ordinaire à demi enterrées, se marquent en façade par un soubassement élevé., à travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. décalées. Au rez-de-chaussée, large fenêtre à deux meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie.. Porte de faible hauteur, séparée d'une fenêtre étroite par un meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie.. Comprise dans un même pan de mur en retrait, une large fenêtre à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. les surmonte. Petite fenêtre sous l'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne.. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. conservée ; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des deux premiers niveaux ornés de vitrage à petits-fers et remarquables vitraux à décor floral.

Sources

Archives
AVB/TP 165 : 1886 (1907), 167 : 1896 (1907).
AAM/Fonds Adolphe Puissant.

Arbres remarquables à proximité