La rue Luther relie la rue Charles Quint à la rue du Noyer. Les rues Calvin et de l'Abdication y débutent.

L'artère est tracée suivant le plan d'aménagement du quartier Nord-Est, dessiné par l'architecte Gédéon Bordiau et approuvé par l'arrêté royal du 20.12.1875. Comme ses voisines, elle doit prendre place sur le site du cimetière du quartier Léopold, alors encore en usage, qui s'étend entre les rues du Noyer et Charles Quint. Si les inhumations cessent en 1877, le déblai du cimetière et des rues nouvelles ne s'effectue qu'entre 1890 et 1893.

L’ancien cimetière du quartier Léopold, détail du plan [i]Bruxelles et ses environs[/i], Institut cartographique militaire  en 1881 (© Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles, Section Cartes et Plans).

La rue porte un nom historique, tout comme la plupart des artères du quartier, en lien avec l'histoire du jeune État belge ou celle, plus ancienne, des régions dans lesquelles il se situe. À l'instar de celui de ses voisines – les rues Charles Quint, de l'Abdication et Calvin –, le nom de l'artère renvoie à la période du règne de l'illustre Empereur. Martin Luther (1483-1546), moine augustin allemand, fut l'un des fondateurs du protestantisme. Cette dénomination est attribuée par arrêtés du Collège de la Ville de Bruxelles des 14.04 et 15.05.1877.

Le dépôt de corbillards édifié sur l’ancien cimetière du quartier Léopold, détail du plan [i]Bruxelles et ses environs[/i], réalisé par l’Institut cartographique militaire en 1894, AVB/TP 16767.

Une fois le cimetière déblayé, le second îlot côté impair, délimité par les rues de l'Abdication et du Noyer ainsi que par l'avenue de la Brabançonne, est bâti, entre 1893 et 1895, d'un dépôt de corbillards conçu par l'architecte J. H. Waegeneer (voir rue du Noyer). Dans les années 1950, désaffecté, il est remplacé par une vaste barre de logements portant le no 80-80a-80b avenue de la Brabançonne, dessinée en 1954 pour la Société anonyme des Habitations à Bon Marché de l'Agglomération bruxelloise par les architectes Alexis Dumont et Paul Goolaerts. Une sous-station d'électricité conçue en 1931 par l'architecte de la Ville François Malfait avait été aménagée sur ce terrain, à l'angle de la rue de l'Abdication. Elle est démolie pour laisser place à l'une des entrées de parking de l'immeuble.

Sous-station d’électricité (démolie), à l’angle de la rue de l’Abdication, façade principale vers la rue Luther, AVB/PP 3294 (1931).

Côté impair toujours, le premier tronçon est bâti entre 1897 et 1899, de maisons d'inspiration néoclassique. Seule exception, le no 1-3, un immeuble de rapport formant l'angle avec la rue Charles Quint, conçu en 1902 et surhaussé de deux niveaux en 1914.


Côté pair, les maisons, conçues entre 1896 et 1907, sont de style éclectique ou d'inspiration néoclassique. L'angle avec la rue Charles Quint est bâti d'un ensemble de cinq maisons dues à l'architecte Gaspard Devalck (voir nos 2, 4, 6). Plus loin, au no 14-16, une maison avec porte cochère, conçue en 1907 par l'architecte Victor Janssens, menait à l'origine à des ateliers de menuiserie s'étendant en intérieur d'îlot, reliés à un bâtiment à front de la rue voisine (voir no 19-21 rue de l'Inquisition).

Rue Luther 8, projet de maison dessiné en 1902 par l’architecte Gustave Strauven (non réalisé), élévation, AVB/TP 15242 (1902).

Point d'orgue de la rue, la remarquable maison personnelle de l'architecte Gustave Strauven (voir no 28). De style Art nouveau, elle est conçue en 1902, sur une parcelle coudée aboutissant rue Calvin. La même année, Strauven dessine en outre les plans d'une autre maison, vraisemblablement destinée à être édifiée au no 8 de la rue. Le projet n'a cependant jamais vu le jour.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/TP cimetière : 16520 (1887-1891), 80-80a-80b avenue de la Brabançonne : 38040 (1931), 77603 (1954) ; 1-3 : 2906 (1902), 15254 (1914) ; 14-16 : 1303 (1907) ; 8 : 15242 (1902).
AVB/PP 953 (1875), 956-957 (1879), 3294 (1931).
AVB/Bulletin communal de Bruxelles, 1877, t. I, p. 316 ; 1890, t. I, pp. 23-30.