Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Gustave STRAUVENarchitecte1900

Statut juridique

Classé depuis le 08 août 1988

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Extension Est (Apeb - 2006-2009)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2006-2008

id

Urban : 18133
voir plus

Description

Maison de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise., conçue en 1900 par l'architecte Gustave Strauven, qui signe sur le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue..

Élévation de quatre niveaux et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales. Façade en briques beiges, rehaussées de bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. de briques rouges de hauteurs variables, d'éléments de pierre bleue ouvragés ainsi que de fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. aux lignes en coup de fouet, intégrant des résilles métalliques. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue, à pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à base galbée et moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie.. Façade animée de jeux de fins pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau., terminés en pinacleAmortissement élancé de plan carré ou polygonal. à amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement. de pierre sculptée. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. pour la plupart à linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. ou arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle..

Boulevard Clovis 85-87, <a href='/fr/glossary/157' class='info'>loggia<span>Petite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries.</span></a> du deuxième étage (photo 2007).

En travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée, porte cochère à linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. sur hauts coussinetsPierres de taille formant saillie profilée dans l’embrasure de la baie. Ils sont situés au sommet des piédroits et portent un linteau ou un arc. découpés. Étages portés en retrait, les deux premiers ménageant une loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries., le dernier devancé d'une terrasse. Au premier, garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en arcatures, à balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade. de pierre et grilles métalliques. Au deuxième, garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. de pierre ajourée, complété d'une ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. ; baie libreBaie qui n’est pas close par une menuiserie. coiffée d'une structure d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. en bois à traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. cintrée et surmontée par la corniche de bois sur hautes consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console.. Dernier étage en attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement., à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. métallique.

Boulevard Clovis 85-87, <a href='/fr/glossary/120' class='info'>travée principale<span>Travée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale.</span></a> (photo 2007).

En travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., rez-de-chaussée à front de rue, symétriquement percé de trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. : large fenêtre surmontant un jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. de cave grillagé, flanquée d'une autre fenêtre et d'une porte piétonne. TripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. aux étages. Ces derniers sont placés en retrait asymétrique par rapport à la voirie. La parcelle n'étant pas parfaitement perpendiculaire à cette dernière, ce dispositif permet de rendre aux pièces de vie une forme orthogonale. Au premier étage, le retrait ménage une terrasse prolongée en balcon sur quatre consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console.. La porte-fenêtre du tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. présente une traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. métallique sous jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d'imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. profilé. Au second, balcon de plan chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe. sur trois consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console., l'axiale métallique, reposant sur le meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. de la baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. sous-jacente. Porte-fenêtre axiale sous linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. en éperon. La consolePièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. métallique est reliée par une pièce de même matériau, évoquant le mât d'un bateau, au balcon du dernier niveau, de plan analogue. Ce niveau est traité en pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. tronqué, à rampants terminés en coup de fouet. BaieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. axiale du tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. de pierre et traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. métallique. Coiffant le pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc., une étonnante petite loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. de bois à imposante corniche en éperon sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. ouvragées, est protégée par un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. et pierre ajourée se prolongeant en pilierSupport vertical de plan carré.. Cette loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. devait être à l'origine coiffée d'un dômeToit de plan centré à versant continu ou à pans, galbé en quart de cercle ou d'ovale. surmonté d'un épi de faîtage.

Huisserie conservée, à petits-bois. Porte cochère à deux remarquables vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. ouvragés, ornés de fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage..

Boulevard Clovis 85-87, projet de 1900, plans des rez-de-chaussée et premier étage (© Architecture Archive – Sint-Lukasarchief).

Strauven conçoit pour la maison un plan original. La cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier., polygonale, prend place en travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., entre deux pièces de vie. Elle est accessible par la porte piétonne, via un dégagement, ainsi que par le passage cocher, sur lequel elle ouvre. L'escalier devait à l'origine se limiter au premier étage, sous un puits de lumière, pour être ensuite relayé par un simple escalier de plan rectangulaire, en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée. En pratique, l'escalier polygonal fut cependant prolongé jusqu'au dernier niveau. Le passage cocher mène à l'origine à une vaste cour de plan carré, couverte d'une charpente sous lanterneau. S'élevant sur toute la hauteur du bâtiment, elle est bordée d'un escalier ainsi que d'une galerie, au premier étage, menant tous deux à un vaste bâtiment arrière de trois niveaux. Peut-être conçu par Strauven lui-même, ce dernier servait de magasin. Cour et magasin étaient bordés, à droite, par une écurie et une cour ouverte.

Boulevard Clovis 85-87, projet de 1899, élévation, AVB/TP 25399 (1899).

Un premier projet, dessiné en 1899 par Strauven, est conservé aux Archives de la Ville. Il présente une élévation plus traditionnelle, de seulement deux niveaux. En travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée est prévue une large porte piétonne, ouvrant sur une cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier. établie dans son prolongement. La travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. est déjà prévue en retrait. Elle est cependant dotée d'un rez-de-chaussée surélevé et coiffée d'une simple lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon. passante, similaire à celle conçue par l'architecte au no 32 de la rue Saint-Quentin (voir ce numéro).

Boulevard Clovis 85-87, vue de l’escalier depuis le haut, vers 1980 (© Architecture Archive – Sint-Lukasarchief).

Au cours du temps, l'ensemble subit diverses modifications. L'écurie est transformée en bureau en 1931 et la cour à air libre est couverte cinq ans plus tard. En 1983, alors que la maison nécessite d'urgentes restaurations, un concours est lancé par Batibouw en vue de sa rénovation. Il est remporté par un jeune architecte, Michel Poulain, qui modifie profondément l'intérieur. La façade arrière est transformée en style postmoderne, le magasin est remplacé par une petite construction de même style et la cour couverte est supprimée. Les travaux sont achevés en 1989.

Classement 08.08.1988.

Sources

Archives
AVB/TP 25399 (1899-1900), 38289 (1931), 46413 (1936).
Architecture Archive – Sint-Lukasarchief.

Ouvrages
BORSI, F., WIESER, H., Bruxelles capitale de l'Art Nouveau, coll. Europe 1900, trad. fr. J.-M. Van der Meerschen, Marc Vokaer éd., Bruxelles, 1992, pp. 145-147, 150-151.
Bruxelles, Monuments et Sites classés, Région de Bruxelles-Capitale, Service des Monuments et Sites, Bruxelles, 1994, p. 152.
DE PANGE, I., SCHAACK, C., 400 façades étonnantes à Bruxelles, Aparté, Bruxelles, 2003, p. 210.
DIERKENS-AUBRY, F., VANDENBREEDEN, J., Art nouveau en Belgique. Architecture et Intérieurs, Racine, Bruxelles, 1991, pp. 76-78.
LOZE, P. et F., Belgique Art Nouveau. De Victor Horta à Antoine Pompe, Eiffel Éditions, Bruxelles, 1991, pp. 135-138.
MEERS, L., Promenades Art Nouveau à Bruxelles, Racine, Bruxelles, 1996, pp. 130-131.
VANDENBREEDEN, J., VAN SANTVOORT, L., DE THAILLE, P., et al., Encyclopédie de l'Art nouveau. Tome premier. Le quartier Nord-Est à Bruxelles, CIDEP, Bruxelles, 1999, pp. 149-151.

Périodiques
LEHÉ, I., « Gustave Strauven », Maisons d'Hier et d'Aujourd'hui, 57, 1983, pp. 24-35.

Sites internet
Bruxelles, ville d'architectes - Gustave Strauven