Typologie(s)

maison d’architecte
maison bourgeoise

Intervenant(s)

Arthur NELISSENarchitecte1905

Statut juridique

Classé depuis le 23 février 2006

Styles

Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 29250
voir plus

Description

Maison personnelle de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. de l’architecte Arthur Nelissen qui signe sur le soubassement, 1905.

Elle est située au sein d’une enfilade homogène de maisons bourgeoises de style éclectique allant du no1 au no6, édifiées dans les années 1904-1910.

Remarquable façade de trois niveaux en briques de couleur claire, rehaussée d’éléments en briques vertes et en pierre bleue. Rez-de-chaussée asymétrique en pierre bleue percé de deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. jumelles à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. rampantAdjectif indiquant qu’un élément d’élévation n’est ni horizontal ni vertical. Par extension, nom donné aux éléments situés de biais d’un pignon ou d’un fronton. et d’une porte à arc dépriméArc dont le tracé est une droite raccordée à ses extrémités par deux quarts de cercle. L’arc déprimé est relativement haut : le rayon de ses quarts de cercle doit faire au moins un cinquième de la portée de l’arc., tous trois repris dans un encadrement stylisé. Au premier étage, loggiaPetite pièce dans-œuvre, largement ouverte sur l’extérieur par une ou plusieurs larges baies non closes par des menuiseries. à arc outrepassé dont la terrasse donne sur une porte-fenêtre également à arc outrepasséUn arc est dit outrepassé lorsque son tracé excède le demi-cercle ou le demi-ovale. Il peut en outre s'agir d'un arc brisé dont le tracé se compose de deux courbes en forme de demi-cœur.. Au dernier étage, porte-fenêtre axiale à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. donnant sur un petit balcon à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgé et inscrit sous un amortissementAmortissement. Élément décoratif placé au sommet d’une élévation.Amorti. Sommé d'un amortissement. cintré en simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. orné d’un bas-relief (vase de fruits) interrompant la corniche. Elle est flanquée de fenêtres latérales à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. rampantAdjectif indiquant qu’un élément d’élévation n’est ni horizontal ni vertical. Par extension, nom donné aux éléments situés de biais d’un pignon ou d’un fronton. et appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. courbe , sur allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. ornée d’un bas-relief à motif de roses datant des années 1920. Corniche sur aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale. étirés de longueur dégressive. FerronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. et menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. d’origine, à l’exception de la porte-fenêtre axiale du dernier étage.

Intérieur cossu s’articulant autour d’un escalier axial éclairé zénithalement. Deux pièces par étage; bureaux au rez-de-chaussée, pièces de vie aux étages.

Classement 23.02.2006.

Sources

Archives
ACF/Urb. 3791 (1905).

Ouvrages
BORSI, F., WIESER, H., Bruxelles capitale de l’Art nouveau, Mark Vokaer éd., Bruxelles, 1992 (collection Europe 1900): pp 43-44.