Typologie(s)

immeuble à appartements
immeuble de bureaux
entrepôt/dépôt

Intervenant(s)

Guy DELLICOURarchitecte1986

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine contemporain (Urbat - 1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2013-2014

id

Urban : 23357
voir plus

Description

Immeuble de bureaux et de logement, conçu en 1986 par l'architecte Guy Dellicour pour la Société Bois Henri Lochten.

Fondée dès 1880, la société, spécialisée dans le négoce du bois, s'implante largement en intérieur d'îlot. Elle est reprise en 1932 par Henri Lochten, qui fait construire plusieurs bâtiments à front de la rue Van Hoorde dans le courant du XXe siècle. Le no223-225 de la rue des Coteaux remplace un mur de clôture et une petite habitation à façade-pignon des années 1880. Devenue entretemps la société de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. Lochten & Germeau, l'entreprise a quitté le site en 2011.

Bâtiment à structure de piliersSupport vertical de plan carré. et poutres de bois. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de deux niveaux sous haute toiture mansardée. Trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. délimitées par des piliersSupport vertical de plan carré. sommés de consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. en planches de bois à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. Rez-de-chaussée largement ouvert, marqué latéralement par un bardage de bois et s'ouvrant dans l'axe par un portail de même facture. Premier étage entièrement ajouré et devancé d'un balcon continuUn élément est dit continu s’il règne sur toute la largeur de l’élévation ou sur plusieurs travées.. Toiture percée par une large baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. axiale. Cette dernière, ainsi que le balcon sont dotés d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. tubulaire métallique à montants de bois; ces garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. sont reliés l'un à l'autre, ainsi qu'à une structure lamellée horizontale, de bois également, formant pare-soleil. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des étages en bois.

Au rez-de-chaussée, dans l'axe, passage cocher vers les dépôts arrière. Bureaux au premier étage et studio au second.
 

Sources

Archives
ACS/Urb. 58-223.

Ouvrages
CULOT, M. [dir.], Schaerbeek. Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles, AAM, Bruxelles, 1980-1982, fiches 30, 31.

Cartes / plans
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1881.
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1893.