La rue des Coteaux est une longue artère qui relie la rue du Moulin, sur Saint-Josse-ten-Noode, à la jonction des avenues Louis Bertrand, Paul Deschanel et de la rue Édouard Fiers, à Schaerbeek. À partir des nos38 et 43, les immeubles se situent sur le territoire de cette dernière commune. La rue croise de nombreuses artères sur son parcours, dont l'avenue Rogier.

Large de quatorze mètres, la rue des Coteaux est ouverte sur une portion voûtée du Maelbeek, dit aussi à cet endroit Molenbeek. Son tracé, entre la frontière communale et la rue Kessels, est validé par l'arrêté royal du 19.12.1863. Le percement du dernier tronçon de la rue, à la demande et sur les terrains du sieur Watteeu, est validé par celui du 21.11.1864. L'artère est pavée en deux phases, en 1864-1866 et 1876-1878. Avant la création de l'avenue Louis Bertrand dans les années 1900, la rue des Coteaux aboutissait à la Petite rue au Bois, future rue Fiers, où elle se raccordait à la rue de Jérusalem.

Sur Schaerbeek, le nom de la rue lui est officiellement attribué en séance du Conseil communal du 21.06.1864. Cette dénomination renvoie à l'implantation de l'artère dans le fond de la vallée du Maelbeek, sur les flancs de laquelle s'étendaient des vignobles depuis l'époque médiévale.

Les premiers bâtiments de la rue apparaissent à la fin des années 1860. La construction s'intensifie dans les années 1880 et 1890. Plusieurs parcelles, ainsi que la majorité des terrains situés côté pair entre la rue de la Consolation et l'avenue Rogier ne sont toutefois bâtis que dans les années 1900. La plupart des habitations sont de style néoclassique, certaines conçues en ensemble. D'autres, principalement celles érigées dans les années 1890 et 1900, sont de style éclectique: citons les nos240 à 254 (années 1880), 299 (années 1890), 301 (1897) et 292 (après 1899). Bon nombre de maisons de la rue ont été remaniées au cours du temps. Plusieurs artistes ont habité dans l'artère, dont Constantin Meunier, Louis Dubois et Louis Delbeke.

Rue des Coteaux 254 à 240 (photo 2014).

L'artère est en outre caractérisée par un grand nombre de constructions implantées en intérieur d'îlot, abritant entrepôts et ateliers. Ainsi, par exemple, les nos141 (1911), 194-196 (entre 1867 et 1876) et 305 (après 1899) sont-ils dotés chacun d'une construction arrière. Dans les trois îlots se faisant face au-delà de l'avenue Rogier se trouvaient des terrains appartenant à la société Lochten, fondée en 1880 et spécialisée dans le négoce du bois. Côté pair se trouvaient les premiers bâtiments de l'entreprise (nos192 rue des Coteaux et 116-118 avenue Rogier), devenue à cet endroit la Maison François Lochten en 1947. Côté impair, l'intérieur du premier îlot était largement occupé, jusqu'en 2011, par la société de menuiserie Lochten & Germeau, anciennement Bois Henri Lochten. Elle avait fait construire plusieurs bâtiments à front de la rue Van Hoorde dans le courant du XXe siècle, ainsi qu'un immeuble de bureaux rue des Coteaux, en 1986 (voir no223-225). La famille Lochten possédait également des terrains dans le second îlot de ce côté: au no249 sont construits des hangars pour la société au début du XXe siècle, vendus en 1940 puis reconvertis en supermarché en 1997, tandis qu'aux nos259-261 et 263-265 sont conçues en 1909 deux maisons pour Edmond Lochten. Enfin, pointons, au no40-42, un ancien garage conçu en 1929 en style Art Déco (architecte Marcel Peeters).

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACS/Urb. 40-42: 58-40-42; 141: 58-141; 249: 58-249; 259-261, 263-265: 58-259-261; 301: 58-301.
ACS/TP Infrastructure 46, 186.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, 1864, p. 185.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1863-1864, pp. 350-351.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1864-1865, pp. 343-344.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1865-1866, pp. 46-47.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1876-1877, 1877, p. 42.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, Rapport sur la situation et l'administration des affaires de la commune pendant l'exercice 1878-1879, 1880, p. 38.

Ouvrages
CULOT, M. [dir.], Schaerbeek. Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles, AAM, Bruxelles, 1980-1982, fiches 30, 31.
DEKOSTER, J.-A., Les rues de Schaerbeek, Bruxelles, 1981, p. 28.
DENHAENE, G., L'expansion de Bruxelles au XIXe siècle. Naissance du Faubourg de Schaerbeek: histoire et images, ASBL PatriS, Bruxelles, 2002, p. 62.
VAN BEMMEL, E., Histoire de Saint-Josse-ten-Noode et de Schaerbeek, éditeur E. Van Bemmel, Saint-Josse-ten-Noode, 1869, p. 207.

Périodiques
La Revue Documentaire, 9, 1931, p. 146.

Cartes / plans
POPP, P. C., Atlas du Royaume de Belgique, plan parcellaire de la commune de Schaerbeek, vers 1858.
BESME, V., Plan parcellaire des environs de Bruxelles, Saint-Josse-ten-Noode et Schaerbeek, 1867.
Plan de la commune de Schaerbeek 1876, Institut géographique national.
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1881.
Bruxelles et ses environs, Institut cartographique militaire, 1893.