Typologie(s)

maison ou immeuble de rapport
dépendances

Intervenant(s)

Michel MAYERÈSarchitecte1905

Jean CAPETTEarchitecte1909

Auguste JEANNINarchitecte1909

Paul CAUCHIEarchitecte, peintre de sgraffite1909

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

Recherches et rédaction

2013-2014

id

Urban : 23347
voir plus

Description

Ensemble de quatre maisons de rapport analogues de style éclectique, identiques deux à deux, conçu en 1905 par l'architecte Michel Mayerès, les nos47 et 49 pour son propre compte. La même année, le même architecte est l'auteur, également pour lui-même, de deux immeubles situés à l'arrière, dans la rue parallèle (voir nos160, 162 rue Potagère). Entamés sans autorisation, les travaux des immeubles de la rue des Coteaux sont repris par l'architecte J. Capette pour les nos43 et 45 et par l'architecte Auguste Jeannin pour les nos47 et 49 – ces derniers pour le compte du marquis de Grellet –, architectes qui présentent chacun en 1909 de nouveaux plans pour parachever le projet originel.

Façades en briques rouges et grises, rehaussées de pierre bleue. Élévations de composition symétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition symétrique lorsqu’elle compte trois travées égales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux de hauteur dégressive. La travée axiale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. de quatre niveaux. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. flanquées de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. colossaux à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général., formant arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. au rez-de-chaussée. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. de ce niveau à traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie.. Fenêtres des étages à linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. surmonté d'un sgraffiteTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. à décor Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. de Paul Cauchie; sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. délavés aux nos43 et 45, disparus au no49, l'un de ceux du no47 figure un monogramme avec couronne de marquis. Au premier étage, portes-fenêtres latérales à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse, une porte-fenêtre, une gaine d'ascenseur... en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion.. Corniches conservées, sur fines consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console.. Portes conservées, à l'exception de celle du no49.

Chaque maison est dotée d'une longue annexe arrière. Deux bâtiments en fond de parcelle, celui situé à l'arrière des nos47 et 49 à l'origine un pavillon d'agrément conçu en 1909, communiquant avec le no160 de la rue Potagère.

Aux nos43 et 45, balcon et balconnet axiaux à désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. et grille en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion.; garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse, une porte-fenêtre, une gaine d'ascenseur... du balcon du no43 remplacé.
Aux nos47 et 49, logette axiale de maçonnerie, sous terrasse à parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps..

Sources

Archives
ACS/Urb. 43, 45: 58-43-45; 47, 49: 58-47-49.

Ouvrages
ARIJS, H.,Paul Cauchie (1875-1952): tussen feit en fictie. Biografische aanzet: beginjaren en carrière als decorateur-entrepreneur tijdens de art-nouveauperiode(mémoire de licence Histoire de l'Art et Archéologie), 3 vol., VUB, Bruxelles, 2010-2011, catalogue (vol. 3), cat. 22, pp. 40-41.