Reliant les avenues de Wezembeek et de Hinnisdael, la rue de la Limite constitue, comme son nom l'indique, la limite entre les communes de Kraainem et de Woluwe-Saint-Pierre. Seul son côté pair se situe sur le territoire de cette dernière. Au-delà de l'avenue de Wezembeek, la rue continue vers le nord sur le territoire de Kraainem.

La rue suit l'assiette d'un ancien chemin bordant, à l'ouest, le lieu-dit de la Montagne aux Sols ou Stuyvenberg. Sur l'Atlas communal de 1808, il porte le nom de « chemin de la Vierge » et, sur celui de 1841, de « chemin no 9 ». Ce chemin s'étendait anciennement jusqu'à l'actuelle rue François Desmedt. En 1882, il est coupé en deux par les voies du chemin de fer Bruxelles-Tervueren. Sa partie sud devient alors la drève du Bonheur et sa partie nord la rue de la Limite.

Sur Woluwe-Saint-Pierre, seul le dernier tiers de la rue est bâti. Les cinq derniers numéros (nos 122 à 130) sont construits suivant un plan de lotissement dessiné en 1951 par l'architecte Paul Posno pour la Société coopérative Kapelleveld. Il s'agit, tout comme dans la plupart des avenues voisines, de villas jumelées, précédées d'un petit jardin clos de murets de moellons.

Les deux 1ers tiers de la rue longent une cité sociale construite de 1973 à 1979 (voir Cité de l'Amitié). Ce tronçon de rue n'est aménagé qu'après la fin de la construction de la cité, dans les années 1980.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACWSP/Urb. 122 à 130 : 158 (1951).