Courte rue au tracé rectiligne, la rue René Declercq constituait l'une des artères principales de l'ancien village de Woluwe-Saint-Pierre. Sans doute très ancienne, elle figure bâtie d'une bonne dizaine de bâtiments sur la carte du comte de Ferraris (vers 1770) et sur l'Atlas communal de 1808. Il s'agissait probablement de constructions rurales assez basses à façades blanchies, couvertes de hautes toitures en tuiles. Seule une de ces maisons semble subsister aujourd'hui (voir no 17).

Depuis 1922, la rue porte le nom d'un soldat originaire de la commune, mort durant la Première Guerre mondiale. Elle portait auparavant le nom de rue de l'Église, tout comme les rues Félix Poels et Paul Wemaere, situées dans son prolongement.

La rue connaît une profonde mutation à la charnière des XIXe et XXe siècles. Son redressement est approuvé par le Conseil communal le 25.03.1898. De nouvelles constructions mitoyennes bien alignées vont rapidement remplacer les anciennes. Le bâti dominant consiste en des maisons ouvrières érigées vers 1900, la plupart par petits groupes de maisons identiques. Leurs auteurs sont des entrepreneurs locaux comme Louis Schoonjans (nos 34 à 38), C. Vanschepdael (no 6-8) et l'entrepreneur Pierre Fabry (no 35). Les nos 47 à 55, assez mal conservés, forment un ensemble de six maisons ouvrières conçu en 1906. Aux nos 42 et 44, deux maisons ouvrières jumelles présentent encore à l'étage une niche abritant une statue de la Vierge. On trouve, çà et là, l'une ou l'autre maison à trois niveaux.

La rue étant restée très commerçante jusque dans les années 1960, la majorité des constructions ont subi d'importants remaniements. Bon nombre présentent encore aujourd'hui une vitrine au r.d.ch.

Vers 1985, un vaste supermarché s'implante en intérieur d'îlot.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACWSP/Urb. alignement 1 René Declercq.
ACWSP/Urb. 6-8 : 22 (1900) ; 34, 36, 38 : 43 (1901), 74 (1957) ; 35 : 5 (1898) ; 47 à 55 : 396 (1906).