L'avenue Albert Jonnart relie le boulevard Brand Whitlock à la rue de Linthout.

Son tracé s'inscrit dans le plan en damier imaginé aux alentours de 1900 par Firmin Lambeau, administrateur de la Tuinbouwmaatschappij van Linthout (Société horticole de Linthout). Cette société anonyme créée en 1898 et reconvertie dans l'immobilier acquiert et lotit à cette époque de nombreux terrains bordant l'actuel boulevard Brand Whitlock afin de les revendre. L'artère devait à l'origine se prolonger au-delà du boulevard Brand Whitlock, suivant le tracé du dernier tronçon de l'actuelle avenue Marie-José.

Par décision du Conseil communal du 19.12.1900, l'avenue porte initialement le nom d'un célèbre horticulteur et importateur d'orchidées exotiques, Jean Linden (Luxembourg, 1817 – Bruxelles, 1898), rappelant le rôle joué par Tuinbouwmaatschappij van Linthout dans la création du quartier. Sa dénomination actuelle est attribuée en séance du Collège échevinal du 16.01.1945, en hommage à Albert Jonnart (Mons, 1889 – Nordausques, 1944), avocat et conseiller communal dès 1932, ancien habitant de l'avenue arrêté par les Allemands en 1943.

Les prescriptions urbanistiques imposent pour les constructions une zone de recul de cinq mètres aménagée en jardinet bordé de grilles, dont certaines sont encore en place aujourd'hui.

Tout le côté impair de cette artère exclusivement résidentielle est construit avant la Grande Guerre et constitue une enfilade particulièrement cohérente de maisons de style éclectique (voir nos1 à 97). Certaines sont marquées par l'Art nouveau, comme les nos31 et 91 à 97, ou par le style Beaux-Arts, comme les nos17 et 29 (voir ces numéros). Le style néo-Renaissance flamande est quant à lui mis à l'honneur aux nos41 à 45, tandis que le néoclassicisme s'insinue au no69 (voir ces numéros).

Avenue Albert Jonnart, vue depuis la rue de Linthout avec, à gauche, la propriété Vergote (Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, collection de cartes postales Daniel Frankignoul).

Du côté pair, les deux premiers tiers de l'avenue sont eux aussi bâtis en grande partie avant 1914, de maisons de style éclectique. Celles-ci forment, avec quelques bâtiments érigés dans les années 1920 et 1930 sur les parcelles restées vierges, une enfilade particulièrement cohérente allant du no4 au no50 (voir ces numéros). Le dernier tiers, vers la rue de Linthout, longé jusqu'après la Première Guerre mondiale par la propriété de monsieur Vergote, n'est quant à lui bâti qu'entre 1935 et 1967. Le bâti de l'entre-deux-guerres se compose essentiellement de maisons de style Art Déco, comme les nos14 et 16 (voir ces numéros), accompagnées de quelques immeubles à appartements modernistes, tel le no18 (voir ce numéro).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACWSL/Urb. 135/boîte 2 (1901).
Registre aux délibérations du Conseil communal
, Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, vol. 1891-1903, p. 216.
Registre aux délibérations du Collège échevinal de Woluwe-Saint-Lambert, Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, vol. 1939-1946, p. 380, no2984.
Collection de cartes postales Daniel Frankignoul (Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert).

Ouvrages
VILLEIRS, M., et al., Histoire de Woluwe-Saint-Lambert, Fondation Albert Marinus/Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, 2000, pp. 179, 330.

Périodiques
MERTENS, A., ROZEZ, «Jean Linden (avenue)», Annuaire du Commerce et de l'Industrie de Belgique, Province de Brabant, Bruxelles et sa banlieue, Bruxelles, Établissements généraux d'imprimerie, 1926 à 1936.
VILLIERS, M., DUJEUX, M., FRANKIGNOUL, D., 1940-1945. Ils ont donné leur vie pour la Liberté!, Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, cahier no1, 1994, pp. 21-22.

Cartes / plans
Union des Villes et Communes belges, Commission centrale des Reconstructions, plan parcellaire de la commune de Woluwe-Saint-Lambert, 1917 (Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, archives communales anciennes).