Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Styles

Éclectisme
Baroque

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Paysager
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016-2017

id

Urban : 24196
voir plus

Description

Ensemble de trois maisons de style éclectique d’inspiration baroque, les latérales millésimées «ANNO / 1878».

Ensemble symétrique composé de deux maisons jumelles, de deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. égales aux étages et trois niveaux, flanquant une maison de quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. égales et deux niveaux. Élévations coiffées chacune d’un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc.. Balcons ou balconnets à garde-corps galbé en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. à l’origine, sous lesquels prend place un bas-relief à enroulements. FrontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. cintré brisé au-dessus de la porte de la maison centrale et des fenêtres du second étage des latérales. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. remplacée, excepté le châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. du jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. d’imposte de la porte du no295, à croisillon.

Aux nos291 et 295, façades en briques peintes en rouge, rehaussées de pierre (peinte). Rez-de-chaussée aujourd’hui blanchis. Portes à encadrement en gorge à bossages. Fenêtres à piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. harpés. Deux balconnets par étage (garde-corps remplacés au no295); bas-reliefs à coquilleOrnement symétrique figurant une coquille Saint-Jacques ou un coquillage s’en rapprochant. et fleurs. Millésime au-dessus des portes-fenêtres du second. Ancres.
Au no291, pignon à gradinsPignon dont les rampants sont étagés en escalier, à la manière de gradins. sur friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. d’arceaux, elle-même surlignée d’une friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de briques en redents. Au premier registreAlignement horizontal de baies sur un pignon., fenêtre à arc en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. à double corniche et aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement., flanquée de deux oculiJour de forme circulaire, ovale ou polygonale.. Au second, fenêtre rectangulaire flanquée de volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc.; couronnement cintré.
Au no295, pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. anciennement à gradins, souligné d’une frise de quadrilobes. Fenêtre flanquée de meurtrières.

Au no293, façade enduite, rythmée de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau., à base à bossages au rez-de-chaussée, à chapiteauCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. ionique à l’étage. Quatre balcons de plan cintré; bas-reliefs à cartoucheDécor composé d’une table plane ou bombée, aux contours généralement sinueux, bordée d’un décor sculpté et/ou d’une mouluration, et sur laquelle prend parfois place un blason ou une inscription. Le médaillon est un cartouche rond ou ovale. à tête de lion. FriseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. d’entablement à trous de boulin circulaires. FrontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. triangulaire à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc., percé de deux oculi à encadrement en gorge flanqués de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. rainurés à chapiteauCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. ionique portant un entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne.. Partie supérieure à aileronsÉlément décoratif ordinairement enroulé en S et terminé en volutes, qui s’inscrit dans un angle et forme un adoucissement., mal conservée.

Depuis les années 1970, les nos293 et 295 sont occupés par l’église orthodoxe de la paroisse Saint-Nicolas.

Sources

Archives
ACS/Urb. 221-293-295.