Rectiligne, la rue Joseph Brand relie la chaussée de Haecht à l'avenue Louis Bertrand. Elle est interrompue par la rue Ernest Laude, puis par le carrefour des rues Vogler et Ernest Discailles, bordant la place de Houffalize.

Située dans le quartier dit Teniers-Josaphat, constitué par l'ancien noyau villageois de Schaerbeek, l'artère est créée dans le contexte du réaménagement de celui-ci, suivant un plan d'aménagement conçu par l'ingénieur communal des Travaux Octave Houssa et ratifié par l'arrêté royal du 10.02.1902. Ce plan comprend, outre la création de l'avenue Louis Bertrand, un nouveau réseau de voiries de minimum douze mètres de large. Le dernier tronçon de la rue Joseph Brand reprend une partie de l'assiette de la rue de la Fondation, une voie déjà visible sur un plan dressé par Jacques de Deventer entre 1550 et 1565 et qui devait son nom à la présence d'un hospice appelé «Fondatie der ses oude vroukens». Les travaux d'aménagement de la rue Brand sont réalisés de 1905 à 1908.

C'est en séance du Collège communal du 11.11.1902 que l'artère est baptisée en hommage à Joseph Brand (Bruxelles, 1832 – Saint-Josse-ten-Noode, 1907), qui fut conseiller communal puis échevin à Schaerbeek.

La rue est majoritairement bâtie entre 1905 et 1914, de maisons bourgeoises ou de rapport, certaines à rez-de-chaussée commercial. Quelques bâtiments s'inspirent du style néoclassique, mais la plupart sont de style éclectique, tel, côté impair, l'ensemble constitué par les nos27 et 29 - rue Ernest Laude 26, conçu en 1913 pour le maçon-entrepreneur F. Liens, et l'immeuble de rapport d'angle du no31 - rue Ernest Laude 21, dessiné la même année par et pour l'architecte-entrepreneur René Bartholeyns. Citons également les nos61 (architecte Clément Degraeve, 1907), 87 (1905), 95 (1906), 97 (1906) et l'enfilade formée par les nos113 à 121 (voir ces numéros). Côté pair, pointons l'ensemble des nos110 à 114. Quelques constructions sont d'inspiration Art nouveau, tels les nos41 et 43-45 (voir ces numéros), tandis que le no46-48 (architecte Maurice Dechamps, 1907) s'inspire de la Renaissance flamande. Le no104 (voir ce numéro), plus tardif et de style Art Déco, constitue une exception dans la rue.

L'architecte Frans Hemelsoet y dessine plusieurs maisons: les nos50-52 (1907), 148-150 et 152-154 (voir ces numéros), de style Art nouveau, ainsi que le no66 (1907).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACS/Urb. 27, 29 - rue Ernest Laude 26: 155-27-29; 31 - rue Ernest Laude 21: 84-21, 155-31; 46-48: 155-46-48; 50-52: 155-50-52; 61: 155-61; 66: 155-66; 87: 155-87; 95: 155-95; 97: 155-97.
ACS/TP 155.
ACS/TP Dénomination des rues III.

Ouvrages
DEKOSTER, J.-A., Les rues de Schaerbeek, Bruxelles, 1981, p. 18.
FISCHER, F., Notice sur les grands travaux de Schaerbeek (Premier Congrès international et Exposition comparée des Villes), Bruxelles, Imprimerie Ferdinand Denis, 1913, pp. 6-7 in: Bulletin communal de Schaerbeek, 1913, p. 438.
GUILLAUME, A., MEGANCK, M., Atlas du sous-sol archéologique de la région bruxelloise. 16. Schaerbeek, Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 2006, pp. 60-61.

Sites internet
Petites histoires des rues de Schaerbeek