Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Adolphe PUISSANTarchitecte1911

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Schaerbeek (Apeb - 2010-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2010-2012

id

Urban : 20815
voir plus

Description

Ensemble de quatre maisons bourgeoises de style éclectique, architecte Adolphe Puissant, 1911.

Les deux premiers numéros sont conçus pour un même propriétaire, les deux suivants respectivement pour l'architecte et un certain Wolff. L'ensemble obtint la médaille de vermeil au concours de façades de Schaerbeek de 1913.

Avenue Eugène Plasky 73 à 67 ([i]L’Émulation[/i],  1913, pl. LXIX).

Façades en briques jaune-orange, rehaussées de pierre blanche. Deux premiers niveaux de faible hauteur. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. pour la plupart rectangulaires, à allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. en retrait au rez-de-chaussée. Portes à jour(s) grillé(s).
Très profondes, les maisons présentent un plan original organisé autour d'un puits de lumière bordé par la cage d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier.. Sous un lanterneau, le hall du premier étage est marqué par un escalier menant, via un «balcon», à un bureau avant. À l'arrière, s'étendent la salle à manger et son office, accompagné d'un escalier secondaire aux nos67 et 73, puis la véranda.

Les nos67 et 69 partagent une même élévation de trois niveaux sous toiture mansardée, symétrique aux étages. Trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.; l'axiale, plus étroite et en retrait sous arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe., éclaire le no67. En travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales, trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. au rez-de-chaussée; porte à gauche au no69, axiale et sous corniche au no67. TripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. aux étages, le premier à meneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. formant consolePièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. pour le balcon devançant la baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. axiale du second. Ce dernier est doté de traversesÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. latérales et coiffé d'une corniche chantournée dans l'axe; garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. et barres d'appuiPetit garde-corps de faible hauteur et non saillant, compris dans l’embrasure d’une fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. conservée, à l'exception du châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. de la lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de droite; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. du premier étage à vitraux.

Aux nos71 et 73, façades frappées des initiales des commanditaires, respectivement «AP.» et «W». BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. continue au rez-de-chaussée. Travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. unique aux étages, devancée d'un oriel en pierre au premier, en menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. au second.

Au no71, élévation de trois niveaux, coiffée d'une lucarne passanteUne lucarne est dite passante lorsqu'elle est située dans le plan de la façade et interrompt la corniche ou l’entablement terminal du bâtiment. à corniche cintrée. Au rez-de-chaussée, fenêtre à gauche, porte flanquée d'une petite fenêtre à droite, en retrait dans une même arcadeBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol.. Fenêtres grillées. AncresPièce métallique apparente ou noyée dans l’enduit de façade, fixée à l’extrémité d’un tirant en fer pour solidariser les murs et les planchers. Il existe des ancres purement décoratives, non reliées à des tirants. ouvragées. Oriel de plan cintré en faible saillie, à culot sur mascaronDécor sculpté figurant un visage humain ou un masque. et toiture bombée; tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. au premier. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. conservés, à vitraux au premier étage, en imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. au second.

Au no73, élévation de quatre niveaux sous pignon en clochePignon dont la forme évoque le profil d'une cloche.. Quatre baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. au rez-de-chaussée; petite fenêtre grillée et porte à gauche. Travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en faible ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. aux étages. Flanqué de deux fenêtres – celles du deuxième étage à traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. –, oriel de plan rectangulaire, à assiseRang d’éléments de même hauteur posés de niveau dans une maçonnerie. L’assise désigne également la plate-forme d’un balcon ou d'une logette, portée d’ordinaire par des consoles et sur laquelle repose le garde-corps. et consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. de bois entre deux consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. de pierre et toiture à trois pans. TripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. au dernier étage, à fenêtre axiale à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie.. PignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. percé d'un oculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale..

Sources

Archives
ACS/Urb. 67, 69: 88-67-69; 71, 73: 88-71-73.
ACS/Bulletin communal de Schaerbeek, 1913, p.523.
AAM/fonds Adolphe Puissant.

Périodiques
CHARLE, G., «Le Concours de Façades de Schaerbeek», L'Émulation, 12, 1913, pp. 93-94.
«Concours de façades de Schaerbeek 1913. Groupe de maisons, avenue Eugène Plasky, 67, 69, 71, 73», L'Émulation, 12, 1913, pl. LXIX.