Liaison entre la r. de Bériot et la r. Scailquin.

Cette rue fut ouverte en 1844 par deux particuliers (AR du 3.11.1869). A l'origine, elle devait se prolonger jusqu'à la ch. de Louvain, supprimant le tronçon supérieur de la r. Scailquin. Ce projet, rendu impossible par la construction d'une maison ch. de Louvain, fut abandonné en 1880.

Le nom de la rue fait référence à l'alliance entre catholiques et libéraux dans leur opposition au roi Guillaume 1er en 1827.
Entre 1845 et 1846, Karl Marx et Friedrich Engels résidèrent respectivement aux nos 5 et 7.

L'aspect de cette artère a été profondément transformé par les aménagements de la pl. Madou et de l'av. de l'Astronomie à partir de 1963.
Côté impair, des immeubles de bureaux ont remplacé le bâti traditionnel et les annexes des hôtels de maître de l'av. de l'Astronomie ; d'un emplacement de parking on voit à l'intérieur de l'îlot la façade arrière post-moderne de l'immeuble rattaché à l'hôtel Vaxelaire (voir no 9 av. de l'Astronomie) ; à l'angle de la r. de l'Alliance et de la r. de Bériot, s'élève, sur trois travées et sous un toit en pavillon, la façade postérieure de l'aile g. de la maison communale (voir 13 av. de l'Astronomie). Il s'agit d'une construction érigée en 1967 par l'arch. J. P. Vandenhoutte, sur le modèle du pavillon d'angle de l'av. de l'Astronomie.
Le même arch. a dessiné en 1969 un complexe de logement (nos 29 à 33) et un immeuble servant d'extension aux services communaux.
Côté pair, le bâti de tradition néo-classique (nos 2 à 16) subit d'importantes atteintes en 1964 et 1972, permettant la construction de plusieurs immeubles à appartements et d'un centre commercial (voir r. Scailquin). Seuls les nos 22 à 32 témoignent de son aspect originel, caractérisé par des maisons modestes, aux façades enduites, de trois travées et trois niveaux sous bâtière de tuiles, simplement marquées horizontalement par des cordons servant ou non d'appui, et percées d'ouvertures rect. Act. certaines sont recouvertes de briquettes (22, 32) et/ou ont subi des aménagements au niveau des toitures (22, 30).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACSJ/Urb./TP 66 (1844), 16173, 16192 (1969), 16325 (1972).
AGR 1367.
CC 16.02.1870.

Ouvrages
VAN BEMMEL, E., Histoire de Saint-Josse-ten-Noode et de Schaerbeek, Saint-Josse-ten-Noode, 1869, p. 179.