Typologie(s)

maison unifamiliale ou de rapport (indéterminé)
atelier (artisanat)
rez-de-chaussée commercial

Intervenant(s)

Jean TEUGHELSarchitecte1927

INCONNU - ONBEKEND1840-1860

Styles

Art Déco
Néoclassicisme

Inventaire(s)

  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Josse-ten-Noode (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 10542
voir plus

Description

Immeuble de rapport du milieu du XIXe, transformé en 1927 par l'arch. Jean TEUGHELS dont la signature apparaît sur la façade. Trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. et trois niveaux, le r.d.ch. commercial intégrant en 1927 une pelleterie.

Façade en simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche. Au r.d.ch. : vitrines entre colonnes engagées, cannelées et sous arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. polygonal, à la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de dr., couloir d'accès conservant une porte vitrée et ouvragée en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage., le jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. à motif de corbeille. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. des étages liées par des colonnes engagées et cannelées. A l'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne., friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de panneaux ornés de motifs animaliers évoquant le commerce des peaux : furet, lièvre, blaireau. FriseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. denticulée interrompue par les chapiteauxCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. des colonnes sous la corniche de bois. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à guillotineUne fenêtre à guillotine est une fenêtre dont l’ouvrant coulisse dans une rainure verticale, évoquant ainsi une guillotine. aux étages et barres d'appuiPetit garde-corps de faible hauteur et non saillant, compris dans l’embrasure d’une fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à décor de palmettesOrnement symétrique dont la forme est proche de celle d’une palme. La palmette est parfois composée de feuilles d’acanthe. au dern. niveau.

Sources

Archives

ACSJ/Urb./TP 10517 (1927).

Arbres remarquables à proximité