Typologie(s)

hôtel particulier

Intervenant(s)

INCONNU - ONBEKEND1836-1839

Styles

Néoclassicisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Saint-Josse-ten-Noode (DMS-DML - 1994-1997)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

1993-1995

id

Urban : 10372
voir plus

Description

Hôtel de maître d'esprit néoclassique constitué de deux maisons de la fin des années 1830, réunies en 1883-1884. Ajout d'un oriel à la 4e travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en 1927. En 1977, rénovation : suppression de l'oriel, nouvel enduitL'enduit est un revêtement de plâtre, de mortier, de stuc, de ciment, de lait de chaux, de simili-pierre, etc. blanc uni et exhaussement du niveau d'entablementLe niveau d’entablement concerne un entablement à frise ajourée de fenêtres et constituant ainsi un demi-niveau..

Quatre niveaux de hauteur décroissante séparés par des bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. en pierre bleue. Six travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rect. Au r.d.ch., appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. de fenêtre en pierre bleue sur modillonsÉléments décoratifs de forme quelconque, répétés sous une corniche. cannelés à gouttes. Façade enduite et peinte sur socleMassif surélevant un support ou une statue. en pierre blanche - à l'origine enduitL'enduit est un revêtement de plâtre, de mortier, de stuc, de ciment, de lait de chaux, de simili-pierre, etc. - et percé de fenêtres de cave. R.d.ch. à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages.. La porte à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. et imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. vitrée s'ouvre à la 4e travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Elle est encadrée de pierre bleue et surmontée d'un balcon sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux.. Barres d'appuiPetit garde-corps de faible hauteur et non saillant, compris dans l’embrasure d’une fenêtre. en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. aux fenêtres du 2e étage.

Rue Royale 203, cour avec des bâtiments formés de deux corps en L (photo 1993-1995).

Au fond d'une cour, anc. écuries et dépendances. Bâtiment d'inspiration Renaissance flamande formé de deux corps en L (reconstruit en 1898). Le corps latéral présente un angle arrondi en léger retrait. Deux niveaux et sept travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous toiture mansardée, percée, à l'origine, d'œils-de-bœuf. La travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de dr. surmontée d'une lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon. à pinacleAmortissement élancé de plan carré ou polygonal..

Façade en brique rouge rehaussée de bandes de brique noire, matériau qui souligne aussi l'arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de certaines des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement.. MeneauxÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie., clefsClaveau central d’un arc ou d’une plate-bande. Il s’agit d’un élément architectonique. Le terme s'utilise également pour des éléments purement décoratifs qui évoquent une clef à rôle structurel., impostesUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie., sommiersLes sommiers sont les deux premiers claveaux d’un arc, portant directement sur les piédroits., appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. des fenêtres, etc. en pierre bleue. Sur le mur latéral, la brique noire dessine deux carrés dont les angles sont décorés d'une pointe de diamantBossage comptant plusieurs facettes, comme la pointe d’un diamant.. SocleMassif surélevant un support ou une statue. en pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. simples en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. ou géminées en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. inscrites dans une embrasureEspace intérieur d’une baie. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale.. La fenêtre de lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. également en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.. TrumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. axiaux décorés respectivement d'armoiries taillées dans la pierre et d'une ancrePièce métallique apparente ou noyée dans l’enduit de façade, fixée à l’extrémité d’un tirant en fer pour solidariser les murs et les planchers. Il existe des ancres purement décoratives, non reliées à des tirants. autour de laquelle s'enroule un serpent. Quatre portes cochères - aujourd'hui entrées de garage - en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. ouvrent sur la cour intérieure.

Sources

Archives
ACSJ/Urb./TP 2845 (1883), 5528 (1898), 10300 (1927).

Arbres remarquables à proximité