Du nom d'une région d'Italie, la r. de Lombardie est une artère rectiligne reliant la r. de Savoie à l'av. Ducpétiaux. Elle croise en son milieu la r. Antoine Bréart. Son plan d'alignement est approuvé par l'AR du 27.04.1892.

La r. de Lombardie est bâtie de maisons unifamiliales ou de rapport, dont la majorité est édifiée à la charnière des XIXe et XXe s. La plupart d'entre elles relève du style éclectique à façade polychrome. C'est le cas du no 13 (entrepreneurs Jean et Pierre Carsoel, 1898), du no 23 (1903), caractérisé par des bandeaux en briques jaunes et des linteaux métalliques, des nos 24 et 26, tous deux édifiés en 1898, du no 29 (1898), rehaussé et transformé en 1910, du no 31 (arch. Jean De Blois, 1898), doté d'une belle porte en chêne, ces deux dernières maisons sommées chacune d'une élégante corniche à toupies, du no 34 (1898), du no 42 (1898) et du no 57 de 1899 (voir De Keyser, G., 1996). Témoignant d'un esprit plus néoclassique, on remarque le no 28, à l'angle de la r. Antoine Bréart (arch. Louis Caron, 1900), le no 32 (1901), caractérisé par des bandeaux continus soulignant les baies des étages et courant au niveau des impostes, le no 36 (1898), individualisé par une baie d'imposte à arc en plein cintre, le no 40 (1898), le no 53 (1899), dont la baie d'imposte est garnie d'un vitrail figurant un iris et dont l'élévation, marquée par des bossages continus, a été enrichie d'une logette en 1956, le no 60 (1898), qui a perdu sa mouluration d'origine et dont la vitrine de l'anc. commerce est transformée en entrée de garage depuis 1983.

La rue, dans son ensemble, a gardé sa physionomie originelle. Des maisons, cependant, ont souffert d'un habillage plus « moderne », comme le no 15 (1897), doté d'une logette en 1928 et dont l'élévation, à l'origine enduite dans le goût néoclassique, est parementée de briquettes émaillées jaunes en 1949. Il en va de même pour le no 55 (1899), dont le parement de briquettes de 1964 a bouleversé une façade du même type que le no 59 à l'angle de l'av. Ducpétiaux, édifié par le même propriétaire la même année.

Parmi les arch. les plus actifs dans la rue, citons Edmond Le Graive et Jean De Blois, tous deux auteurs de cinq maisons entre 1897 et 1900.

Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
ACSG/Urb. 13 : 1245 (1898) ; 15 : 1005 (1897), 420 (1928), 49 (1949) ; 23 : 193 (1903) ; 24 : 1188 (1898) ; 26 : 1222 (1898) ; 28 : 2196 (1900) ; 29 : 1341 (1898), 157 (1910) ; 31 : 1310 (1898) ; 32 : 255 (1901) ; 34 : 1519 (1898) ; 36 : 1856 (1899) ; 40 : 1293 (1898) ; 42 : 1425 (1898) ; 53 : 1694 (1899), 47 (1956) ; 55 : 1867 (1899), 87 (1964) ; 59 : 1866 (1899), 239 (1992) ; 60 : 1522 (1898) ; 54 (1983).