Typologie(s)

immeuble de logements sociaux

Intervenant(s)

Jules TOURNAYarchitecte1907

Styles

Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2011-2013

id

Urban : 21382
voir plus

Description

Ensemble de deux immeubles de logements sociaux de style éclectique, conçus pour la Société anonyme pour la Construction de Maisons ouvrières d'Ixelles par l'architecte Jules Tournay, 1907.

Ce complexe est la première réalisation de la Société anonyme pour la Construction de Maisons ouvrières d'Ixelles, fondée en 1906. Sa construction a fait l'objet d'un concours remporté par Jules Tournay, qui portait la double casquette d'architecte et de directeur de l'École de Dessin et d'Industrie à Écaussines.
Le complexe remplacerait l'insalubre Carré des Deux Ponts.

Deux bâtiments en forme de U de quatre niveaux sous bâtièreToit à deux versants. donnant sur une cour intérieure.
Façades symétriques de sept travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., dont trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. et sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits. Élévations en briques rehaussées d'éléments de pierre bleue et de motifs décoratifs en briques blanches formant un joli contraste. SoubassementsPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. de pierre bleue rachetant le dénivelé de la rue. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales percées de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle. au rez-de-chaussée, de fenêtres rectangulaires aux premier et deuxième étages et de fenêtres à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. au dernier étage. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales en saillie percées au centre d'un passage (aujourd'hui fermé par une porte) au rez-de-chaussée et de fenêtres rectangulaires jumelées aux étages, toutes flanquées de fenêtres à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. éclairant les cages d'escalierEspace à l'intérieur duquel se développe un escalier.. Façades latérales sous pignon à gradinsPignon dont les rampants sont étagés en escalier, à la manière de gradins.. MenuiseriesÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. remplacées.
Côté cour, élévationsDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. également en briques, de quatre niveaux et quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous bâtièreToit à deux versants.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle.. Étages devancés de galeries à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. MenuiseriesÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. remplacées.

Rue des Deux Ponts 20 et 22, élévation, ACI/Urb. 98-20-22 (1907).

Agencement
À l'origine, passages axiaux donnant accès à la cour intérieure, fermés par des grilles. Derrière les travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales, portes d'entrée et escaliers menant aux étages. De part et d'autre de ces travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., une unité d'habitation par étage. Chaque unité d'habitation comprenait un hall d'entrée, une salle commune, une cuisine et deux chambres situées à l'arrière. Les appartements situés aux étages avaient, côté cour, un balcon de la largeur de la façade. En fond de parcelle se dressait, entre les nos20 et 22, une conciergerie commune.
Les deux immeubles ont été rénovés et modernisés en 1991.

Sources

Archives
ACI/Urb. 98-20-22.

Ouvrages
La piscine communale d'Ixelles a 100 ans, 1994-2004, Commune d'Ixelles, Bruxelles, 2004.

Périodiques
«Groupe d'habitations ouvrières, rue des Deux Ponts, à Ixelles», L'Émulation, 4, 1908, pp.29-30 et pl.XXIV-XXVI.

Arbres remarquables à proximité