Typologie(s)

établissement scolaire

Intervenant(s)

Louis COENRAETSarchitecte1883-1885

Styles

Néoclassicisme
Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Recherches et rédaction

2007-2009

id

Urban : 18975
voir plus

Description

Établissement scolaire d'inspiration néoclassique, architecte Louis Coenraets, 1883-1885. Il s'agit de l'un des plus remarquables exemples d'architecture scolaire fonctionnelle construit à Bruxelles dans les années 1880. N'atteignant plus les normes de population exigées par la première grande réforme de l'Enseignement, l'Athénée disparaît en 1990. Actuellement, le bâtiment abrite une section du Conservatoire royal de Musique de Bruxelles.

Historique.
L'ancien athénée royal d'Ixelles trouve son origine dans le Plan d'alignement et d'expropriation par zones pour la transformation du quartier dit de Saint-Boniface de 1876 qui prévoit, outre le réaménagement des voiries, la création d'une école moyenne. L'emplacement initialement prévu se trouvait à l'angle des rues de la Tulipe et Longue Vie, en face d'un marché couvert (voir rue de la Tulipe). Mais le voisinage direct des halles fut jugé néfaste à l'éducation des futurs écoliers par la commune qui décide alors d'acquérir de nouveaux terrains à bâtir appartenant à Jacquelaert, entre les actuelles rues J. Bouillon, de l'Athénée et la chaussée d'Ixelles.

La commune confie l'exécution des plans, en 1878, au directeur des Travaux publics de la commune, l'architecte Louis Coenraets. L'achèvement des travaux, prévus en 1880, fut retardé pour diverses raisons administratives.
Entre-temps intervient la loi du 15.06.1881 qui prévoit la création de nouveaux athénées royaux. La commune d'Ixelles, qui dispose déjà d'une école moyenne dont les locaux sont répartis en trois bâtiments, obtient du ministre de l'Instruction publique l'autorisation de fondre son école moyenne dans un nouvel athénée. C'est ainsi que s'érige un athénée (ce qui permet à la commune de profiter de subsides gouvernementaux à la construction) dont les plans définitifs sont approuvés en janvier 1883. Le bâtiment est finalement achevé en 1885 et inauguré le 10.08.1886.

Rue de l’Athénée 17, Athénée royal d’Ixelles, s.d. (Collection de Dexia Banque).

Façades.
Bâtiment de style classique très sobre, avec soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. en pierre bleue et façades enduites à l'imitation d'un appareillage de pierre; rez-de-chaussée marqué de refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages.. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de trois niveaux se développant sur dix-huit travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. au rez-de-chaussée, rectangulaires aux étages.
Côté rue de l'Athénée, immeuble secondaire de même style mais ne comptant que deux niveaux (D).

Vue aérienne de l’Athénée Royal d’Ixelles (UrbIS ® © –  Distribution : CIRB av. des Arts 20, 1000 Bruxelles, 1996).

Plan de 1883. À sa construction, l'établissement comprend quatre parties distinctes, toutes reliées entre elles: le bâtiment d'entrée côté rue Jules Bouillon comprenant le vestibule, qui aboutit au centre du grand bâtiment réservé à l'école, et un vaste escalier desservant les étages du bâtiment lui-même ainsi que ceux du grand bâtiment réservé à l'école (A); le grand bâtiment destiné à l'école proprement dite qui se divise en trois corps entièrement distincts (B); le bâtiment de service comprenant le gymnase et formant un vaste préau couvert, avec une galerie au premier étage et servant de dégagement à toutes les classes (C); le bâtiment côté rue de l'Athénée qui abrite l'habitation du directeur (D).

Rue de l’Athénée 17, Athénée royal d’Ixelles, plan du rez-de-chaussée, ACI/TP 32, farde n° 172 [i]Athénée royal d’Ixelles[/i] (1883).

Quelques modifications sont apportées au plan de 1883. Le gymnase est surélevéd'un étage pouvant servir de salle de dessin. Celle-ci fut ajoutée afin d'enlever du bâtiment enclavé entre les deux autres de grande hauteur son «mauvais effet»; l'escalier destiné à accéder à ce nouvel étage sera placé contre le vestibule d'entrée. La largeur nécessaire à son aménagement (2m60) sera prise sur la surface de la salle d'étude (rez-de-chaussée) et du cabinet de physique (étage).

Grand bâtiment réservé à l'école (B). Le corps central du bâtiment s'articule autour d'un vaste préau pourvu d'une galerie d'accès aux classes; il est couvert d'une structure en fer –et en verre à l'origine– dont l'élancement annonce certains bâtiments scolaires de style Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. construits à partir de 1900. Un soin particulier fut apporté à l'élaboration du confort des élèves: les classes, prévues pour quarante élèves, sont très spacieuses et offrent 5m3 d'air par occupant; elles disposent en outre d'un système de chauffage central moderne pour l'époque.

Sources

Archives
ACI/TP 32, farde n°172 Athénée royal d'Ixelles.
Rue Jules Bouillon 1: ACI/Urb. 182-1.

Ouvrages
DEL MARMOL, B., DELSAUTE, J.-L., et al., Le quartier Saint-Boniface, Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 1998 (Bruxelles, Ville d'Art et d'Histoire, 23), p.12.
DEWEZ, M.-A., L'urbanisation du quartier Saint-Boniface (Mémoire de licence en histoire contemporaine), UCL, Louvain-la-Neuve, 1982-1983, pp.135-155.
Le cinquantenaire de l'Athénée royal d'Ixelles. 1883-1933, 1933.
LE ROY, P., Monographie de la commune d'Ixelles, Imprimerie Générale, Bruxelles, 1885, pp.232-233.

Arbres remarquables à proximité