Typologie(s)

maison et atelier d’artiste
maison bourgeoise

Intervenant(s)

Charles SAMUELsculpteur

Alfred COURTENSsculpteur

Styles

Éclectisme
Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire des sgraffites (GERPM)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2005-2007

id

Urban : 17191
voir plus

Description

Maison et atelier du sculpteur et médailleur Charles Samuel (1862-1938), architecte Ernest Van Humbeeck, 1905.

L'atelier devient, à la mort de l'artiste, celui du sculpteur Alfred Courtens (1889-1967), frère de l'architecte prénommé Antoine. En 1991, l'immeuble est profondément remanié et divisé en deux appartements par l'architecte Baudouin Courtens.

Place Eugène Flagey, monument Charles de Coster (1894) par Charles Samuel (Vers l’Art, 7, 1910, pl. 40).

La maison et ses dépendances sont de style éclectique teinté d'Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. géométrique. Façade de trois niveaux, en briques blanches, rehaussée de pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. pour la plupart rectangulaires. Au premier étage, large bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. de plan arrondi percé de cinq baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à croiséeBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit. en pierre. Au deuxième, fenêtres à allègePartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. décorée de balustresPetits supports en répétition, généralement profilés et de section circulaire, constituant une balustrade., chacune couronnée d'un panneau orné de sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. (motifs de fleurs et feuillages de style Art nouveau) interrompant l'entablementCouronnement horizontal qui se compose d’une architrave, d’une frise puis d’une corniche. Les façades sont d’ordinaire coiffées d’un entablement. On peut également trouver un petit entablement au-dessus d’une baie ou d’une lucarne.. Hautes lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. retroussées. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. d'origine.
Anciennement, au rez-de-chaussée, l'entrée cochère débouchait sur une allée carrossable au bout de laquelle se trouvait l'atelier d'artiste avec, sur la gauche, une conciergerie à un étage.

Rue Washington 36, atelier du sculpteur et médailleur Charles Samuel, architecte Ernest Van Humbeeck, 1905 ([i]L'Émulation[/i], 1900, pl. 45).

L'atelier possédait une entrée axiale protégée par un auventPetit toit couvrant un espace devant une porte ou une vitrine. et, sur la droite, était accolée une rotonde (antichambre) éclairée par une coupoleVoûte de plan central. Elle peut être circulaire, ovale, polygonale, à côtes, en plein cintre, surbaissée, surhaussée, etc. vitrée et trois fenêtres ornées de vitraux d'inspiration Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise.. À l'origine, la circulation dans le bâtiment pouvait se faire de différentes manières, les pièces s'ouvrant les unes sur les autres. Le grand atelier occupait le centre du bâtiment et était éclairé par une large verrière en toiture ainsi que par une grande porte vitrée donnant sur le hall d'entrée. Depuis cet atelier on accédait, à droite, à une petite galerie d'exposition reliée à un autre atelier, plus petit. Sur la gauche, un atelier de moulage était relié à la conciergerie grâce à un passage de service.

Sources

Archives
ACI/Urb. 314-36.

Ouvrages
GONTHIER, A., Histoire d'Ixelles, Le Folklore Brabançon éd., Impr. De Smedt, Bruxelles, 1960, p. 211.
Inventaire des sgraffites. Ixelles, GERPM – SC ASBL, s.l., s.d., fiche 103.
VAN SANTVOORT, L., Het 19de-eeuwse kunstenaarsatelier in Brussel (proefschrift in de kunstgeschiedenis en de archeologie), VUB, Brussel, 1995-1996.

Périodiques
VAN HUMBEEK, E., « Atelier de Charles Samuel, statuaire, rue Washington à Bruxelles », L'Émulation, 1900, pl. 45-46.

Arbres remarquables à proximité