Typologie(s)

église/cathédrale/basilique

Intervenant(s)

Haik MARDIKIANarchitecte1985-1990

Styles

Postmodernisme

Inventaire(s)

  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2005-2007

id

Urban : 16686
voir plus

Description

Église commanditée par la Fondation pour l'Église arménienne de Belgique et conçue par l'architecte arménien Haik Mardikian (1938) et l'ingénieur Jacques Kupélian.

Relevant du postmodernismeLe style postmoderne (à partir de 1980 environ) est un courant architectural né en réaction au modernisme, remettant au goût du jour certaines formes ornementales issues de l’architecture du passé (classicisme, Art Déco, etc.)., le bâtiment s'inspire de l'ancienne église arménienne de la Sainte-Croix, sur l'île d'Akdamar (lac de Van), actuellement en Turquie, datant du Xe siècle.

Suivant une demande de permis de bâtir introduite en 1985, l'édifice reçoit sa première pierre en novembre 1986 et est inauguré le 06.05.1990 en présence du Catholicos de tous les Arméniens, le Patriarche suprême Vasken Ier. Cette église est le premier et unique édifice religieux des Arméniens en Belgique.

La forme des églises arméniennes évoluera peu au cours de son histoire et l'église de Bruxelles relève du modèle traditionnel : plan cruciforme, avec coupoleVoûte de plan central. Elle peut être circulaire, ovale, polygonale, à côtes, en plein cintre, surbaissée, surhaussée, etc. centrale sur tambourMur d'une tour circulaire, ovale ou polygonale, sur lequel repose une coupole..

Plan. Édifice de plan centré, en croix grecque sous coupoleVoûte de plan central. Elle peut être circulaire, ovale, polygonale, à côtes, en plein cintre, surbaissée, surhaussée, etc., orienté nord-ouest (entrée) – sud-est (autel). La coupoleVoûte de plan central. Elle peut être circulaire, ovale, polygonale, à côtes, en plein cintre, surbaissée, surhaussée, etc. repose sur un tambourMur d'une tour circulaire, ovale ou polygonale, sur lequel repose une coupole. octogonal, inscrit dans un carré. La structure carrée est soutenue par quatre arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. monumentaux en béton, s'entrecroisant partiellement. À la croiséeBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit. des arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné., une petite chapelle, de plan pentagonal, est aménagée. Chaque bras de la croix grecque est couvert d'une vaste voûte en berceau brisé.

Élévation. Particulièrement abstrait et lisse, le bâtiment s'inscrit en retrait de la voirie et profite du dégagement de la cour qui le borde pour jouer au mieux des formes géométriques pures qui le constituent. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de deux niveaux, alternant des bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. de pierres de Bourgogne, blanche et rose, et percée de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.. Les façades, quasi identiques, sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à rampants droits, sont percées, au premier niveau, de deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. oblongues, devancées chacune d'un pilastreÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. à 45°, tamisant la lumière provenant de l'extérieur. Entre ces deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. prend place soit une porte, soit une petite fenêtre. Côté rue Kindermans, la porte principale, quasi carrée, en afzélia, est couronnée par un arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. ménageant un tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. frappé de la croix arménienne. Portant une inscription en arménien qui se traduit par « je suis la lumière du monde », elle est dotée d'un large encadrement rectangulaire à entrelacsOrnements composés de courbes entremêlées.. Chaque pan du tambourMur d'une tour circulaire, ovale ou polygonale, sur lequel repose une coupole. octogonal est percé d'une baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement.. CoupoleVoûte de plan central. Elle peut être circulaire, ovale, polygonale, à côtes, en plein cintre, surbaissée, surhaussée, etc. sous toit conique. Toiture en cuivre.

Rue Kindermans 1a, église apostolique arménienne Sainte Marie-Madeleine, coupes, ACI/Urb. 187-1a (1985).

Intérieur. L'architecte s'inspire résolument des modèles antérieurs des églises arméniennes. L'intérieur est particulièrement sobre. Sur tambourMur d'une tour circulaire, ovale ou polygonale, sur lequel repose une coupole. ajouré, coupoleVoûte de plan central. Elle peut être circulaire, ovale, polygonale, à côtes, en plein cintre, surbaissée, surhaussée, etc. aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. hémisphérique, recouverte de feuilles d'or. Grands arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de la coupoleVoûte de plan central. Elle peut être circulaire, ovale, polygonale, à côtes, en plein cintre, surbaissée, surhaussée, etc. reposant sur des colonnes moulées en béton et veinées en faux marbre, à chapiteauCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. antiquisant moulé. Murs enduits, de couleur terre de Sienne. Sol dallé en marbre blanc et en marbre gris. Maître-autel dans l'axe, en marbre blanc, surélevé et exalté par une abside en béton, scandée de petits arcsStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en marbres blanc et gris alternés. Petites chapelles latérales abritant respectivement la cuve du baptistère (sud), l'orgue (ouest, facteur Patrick Collon de Laeken, 1991) et un petit escalier menant au sous-sol (nord). Sous-sol occupé par une vaste salle de réunion, des sanitaires et un bureau.

Sources

Archives
ACI/Urb. 187-1a.

Ouvrages
Inventaire exhaustif des orgues en Région bruxelloise, La Renaissance de l'Orgue, Bruxelles, 1992, p. 91.

Presse
« La visite de sa sainteté Vasken I en Belgique », in La Libre Belgique, 14 mai 1990, p. 2.