Typologie(s)

église/cathédrale/basilique

Styles

Néogothique

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Recherches et rédaction

2007-2009

id

Urban : 19169
voir plus

Description

Église non orientée, à trois nefs, avec tour et annexe, de style néogothiqueLe style néogothique (à partir de 1860 environ) est une tendance architecturale mettant à l’honneur les formes ogivales et verticales issues du moyen-âge gothique. Le style néo-Tudor s’inspire plus particulièrement du style gothique teinté de Renaissance qui fleurit en Angleterre sous le règne des Tudors. primaire, 1873.

Histoire
Les Anglicans sont présents à Bruxelles depuis deux cents ans. Au début, ils se réunissaient dans des maisons privées. Plus tard, après la bataille de Waterloo, les premières congrégations régulières furent fondées.
La congrégation de cette église prit d'abord place au temple des Augustins de 1816 à 1830, puis à la Chapelle royale de 1825 à 1873 et plus tard à l'étage du Café de l'Horloge (Porte de Namur, démoli). Leur premier prédicant, Evan Jenkins, était également aumônier de Léopold Ier. Son fils, Charles Jenkins, et son petit-fils, Jean, furent chargés de la construction de la Church of the Resurrection, inaugurée le 23.10.1874. L'église a été abandonnée en 1958 pour se fondre avec celle de la congrégation de Church of Christ, pour former l'actuelle Church of the Holy Trinity (voir rue Capitaine Crespel n°29). Plus tard, l'espace commercial du n°19 de la chaussée d'Ixelles empiéta sur l'église.

Rue de Stassart 16-18, élévation, ACI/Urb. 95-16-18 (1873).

Description
La façade se compose d'une annexe, d'une tour, du vaisseau et d'une nef latérale. Les façades de l'annexe et du vaisseau sont dans l'alignement de la rue, tandis que les façades de la tour et de la nef latérale, en biais, suivent l'orientation de l'église. À l'arrière, annexe précédant un petit jardin triangulaire (aujourd'hui loti).
L'église elle-même consiste en un large vaisseau avec un petit chœur rectangulaire et de courtes nefs latérales, celle de gauche précédée d'une tour.

Façades à l'origine en briques rehaussées de pierre blanche (encadrements, etc.) sous toiture d'ardoises. Les façades à rue furent enduites de simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. par la suite. Trous de boulin rectangulaires.

Annexe de deux niveaux. Rez-de-chaussée percé de fenêtres rectangulaires, étage de fenêtres à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisé à remplage en bois. OculusJour de forme circulaire, ovale ou polygonale. éclairant le pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc..
Tour rectangulaire de quatre niveaux sous toit plat, à l'origine coiffée d'une flèche. La plupart des baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. sont à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisé. Le porche est devancé d'une petite cour ceinte d'une grille en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage.. Au niveau supérieur, sur les quatre côtés, baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. géminées reprises dans un encadrement en creux.
Façade du vaisseau à pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc., flanquée de contreforts chanfreinés. Rez-de-chaussée percé d'un portail central en saillie, sous frontonCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. partiellement soutenu par des colonnes à chapiteauxCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. feuillagés. Double entrée sous tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. ouvragé percé de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. trilobées et d'une rosace. Portes en chêne ouvragées de ferrure. Au deuxième niveau, deux grandes fenêtres à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisé à remplage en rosaces. Rosace éclairant le haut du pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc..
Façade de la nef latérale animée d'un arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. brisé aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre..

Rue de Stassart 16-18, l’église vers 1900 (Collection de Dexia Banque)

Intérieur
Vaisseau de quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. scandées d'arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. au rez-de-chaussée et de fenêtres hautes géminées. Colonnes à chapiteauxCouronnement orné ou mouluré, d’une colonne, d’un pilier ou d’un pilastre. feuillagés et fûts peints en imitation de marbre gris-vert. Charpente apparente, aux poteaux soutenus par des colonnettes. ArcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. triomphal brisé, donnant sur le chœur rectangulaire. Vitraux non figuratifs et simples.

Sources

Archives
ACI/Urb. 95-18.
Ouvrages
COX, R., Anglicans in Brussels, Bruxelles, 1999.

Arbres remarquables à proximité