Typologie(s)

hôtel particulier

Intervenant(s)

Albert ROOSENBOOMarchitecte1908

Styles

Beaux-Arts

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2005-2007

id

Urban : 16398
voir plus

Description

Hôtel particulier de style Beaux-Art d'influence Louis XV, signé et millésimé « A. Roosenboom / Architecte 1908 » à droite sur le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue..

Cet hôtel est construit à la demande de Robert Altenloh, orfèvre et fournisseur de la cour. Quelques années plus tard, Albert Roosenboom conçoit pour ce même commanditaire un nouvel hôtel, presque similaire mais plus luxueux, rue Américaine no 219 (voir ce numéro).

Rue Forestière 25, élévation, ACI/Urb. 131-25 (1908).

Élévation de quatre travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée plus large et en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général., et deux niveaux sous imposante toiture mansardée. Façade en pierre naturelle rehaussée de nombreux éléments en pierre bleue et de moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie. de teinte gris vert et brune à bossage rustique, renforçant la polychromie de la façade. Édifice largement ajouré de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. pour la plupart à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle., munies d'une grille au rez-de-chaussée, à archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche. chantournée à l'étage. Bow-windowDe l’anglais bow (arc dans le sens d’arqué, courbé) et window (fenêtre). Le bow-window apparaît avec l’Art nouveau. Il s’agit d’un élément en surplomb qui s’intègre par son plan cintré à la façade. Il se différencie de la logette, d’ordinaire de plan rectangulaire et qui paraît appliquée sur la façade. Le bow-window peut occuper plusieurs niveaux. de plan chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe. devançant la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d'entrée, sur cul-de-lampe sculpté à motif de rocailleRocaille. Ornement asymétrique en forme de coquillage déchiqueté, propre à l’architecture des styles rocaille et rococo ainsi qu’aux styles qui s’y réfèrent. La rocaille désigne également des constructions de jardin imitant des rochers ou des assemblages de rondins. Le style rocaille ou style Louis XV désigne l’interprétation française du style rococo. ; garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. galbé en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. formant des circonvolutions. Porche d'entrée à bossages à refendsLe refend est un canal dans un parement, accusant ou simulant le tracé de joints d'un appareil à bossages. et arrière voussure concave, ceint de deux colonnes engagées à décor de rocailleRocaille. Ornement asymétrique en forme de coquillage déchiqueté, propre à l’architecture des styles rocaille et rococo ainsi qu’aux styles qui s’y réfèrent. La rocaille désigne également des constructions de jardin imitant des rochers ou des assemblages de rondins. Le style rocaille ou style Louis XV désigne l’interprétation française du style rococo. ; porte soignée à deux vantauxLe mot vantail désigne le battant d’une porte ou d’une fenêtre. et imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. ajourée et grillée en forme de coquilleOrnement symétrique figurant une coquille Saint-Jacques ou un coquillage s’en rapprochant.. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. d'origine de belle facture, à petits-bois munis de verres colorés. Corniche chantournée. Haut brisis percé d'une grande lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. cintrée flanquée d'œils-de-bœuf, et de trois lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. plus petites à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe.. Terrasson aménagé en retrait dans la partie supérieure du toit en 1914.
Le porche s'ouvre sur un garage et, à droite, sur l'escalier central hélicoïdal.

Sources

Archives
ACI/Urb. 131-25.

Périodiques

DUBUISSON, E., « Quand le style Beaux-Arts contait fleurette… », Les Nouvelles du Patrimoine, 119, 2008, pp. 25-31.

« Le concours d'architecture », Le Home, 3-4, 1910, p. 17.

 

Arbres remarquables à proximité