Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

Adrien BLOMMEarchitecte1906

Styles

Art nouveau
Éclectisme

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Recherches et rédaction

2005-2007

id

Urban : 16397
voir plus

Description

Sise à l'angle et en retrait de l'alignement de la rue Buchholtz, villa de style éclectique rehaussée d'éléments inspirés par l'Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. géométrique, 1906. Signée « Adrien Blomme Architecte » sur le soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue., rue Forestière. Première réalisation de l'architecte A. Blomme, pour sa cousine Suzanne Poirier.

Rue Forestière 20 – rue Buchholtz 2, <a href='/fr/glossary/183' class='info'>élévations<span>Dessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades.</span></a>, ACI/Urb. 131-20 (1906).

Construction à deux corps, en briques grises rehaussées de briques oranges en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. et en friseBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. et éléments de pierre bleue.

Vers la rue Forestière, avant-corps bas, de plan carré et deux niveaux, sous toiture plate servant de terrasse (hall, vestiaire et cage d'escalier). Étage percé d'une large baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. surbaissée. Au rez-de-chaussée, flanquée de deux petites baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement., porte d'entrée percée de trois joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. grillés et à imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. surbaissée. ChâssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. anciens et verre teinté. Terrasse ceinte d'un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. à désÉléments de pierre de section sensiblement carrée ou rectangulaire, disposés généralement aux angles d’un balcon. sculptés.

Vers la rue Buchholtz, deuxième corps de trois niveaux et trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade.. Traitement particulier de la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiale sommée d'un pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. chantournéUn élément est dit chantourné lorsque sa forme alterne courbe et contre-courbe. ; oriel de plan trapézoïdal percé de tripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste.. Alternance de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires sous linteau métalliquePoutrelle métallique de profil en I, utilisée comme linteau, souvent agrémentée de rosettes en tôle découpée. et de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. cintrées. Corniche sur corbeauxPièce de pierre ou de bois partiellement engagée dans un mur et portant une charge. Le corbeau se distingue de la console par sa petite taille, il porte généralement un élément en faible saillie. D’autre part, sa section verticale est sensiblement carrée ou rectangulaire..

Rue Forestière 20 – rue Buchholtz 2, rampe d’escalier ([i]Vers l’Art[/i], 1911, 1, pl. 75).

Châssis partiellement remplacés. Grille et garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. à motifs typiques de l'Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise. géométrique.


Rue Forestière 20 – rue Buchholtz 2, détail du mur de clôture (photo 2005).

Jardinet à front de la rue Buchholtz fermé par un mur de clôture scandé de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau., muni de grilles et percé d'une porte.

Sources

Archives
ACI/Urb. 131-20 ; 53-2.

Ouvrages
BLOMME, F., À la rencontre d'Adrien Blomme, 1878-1940, CIVA, Bruxelles, 2004, pp. 27-29.

Périodiques
« Maison située à l'angle des rues Buchholz & Forestière à Bruxelles, architecte Mr A. Blomme », Vers l'Art, 1, 1911, pl. 73-76.
« Maisons situées rue Van Eyck à Bruxelles, Architecte Mr A. Blomme », Vers l'Art, 1, 1911, pl. 77-78.

Arbres remarquables à proximité