Typologie(s)

établissement scolaire
chapelle

Intervenant(s)

René THÉRYarchitecte1909-1911

Styles

Éclectisme
Beaux-Arts

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Recherches et rédaction

2011-2013

id

Urban : 21339
voir plus

Description

Établissement scolaire, architecte René Théry, 1909-1911.

Historique
Un an après sa fondation en 1902, la paroisse Saint-Philippe Néri fait ériger une première église (provisoire) au croisement des avenues des Courses et du Congo. En 1909, soit peu de temps après la fondation de l'Institut Saint-André situé non loin de là (voir avenue de l'Hippodrome n°180–chaussée de Boondael n°277), elle fait également construire une école, baptisée Institut Saint-Philippe Néri. En 1911, le même architecte, René Théry, dessine les plans d'une nouvelle maison de prière à ériger sur les terrains de l'école. Après la restauration de l'église de l'abbaye de La Cambre en 1921, la paroisse Saint-Philippe est absorbée par celle de La Cambre et l'église Notre-Dame de la Cambre devient l'église paroissiale. Dans les années 1980, l'Institut Saint-Philippe Néri est à son tour absorbé par l'Institut Saint-André.

Description
Établissement scolaire de style éclectique situé fortement en retrait de la rue, architecte René Théry, 1909.
Bâtiment de plan rectangulaire de deux niveaux et cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., profond de cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., sous toiture mansardée. Façade en briques rehaussée d'éléments de pierre blanche et simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris.. À l'avant comme à l'arrière, fenêtres de cave donnant sur une cour anglaise. Travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. rythmées par des pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. monumentaux. Rez-de-chaussée percé de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. et étage éclairé par des fenêtres rectangulaires sous d'imposants coussinetsPierres de taille formant saillie profilée dans l’embrasure de la baie. Ils sont situés au sommet des piédroits et portent un linteau ou un arc.. Corniche sur aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale. groupés par trois. LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. sous bâtièresToit à deux versants., partiellement sur aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale.. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. en grande partie conservée.

Chaussée de Boondael 216, 218-200, Institut Saint- Philippe Néri, établissement scolaire (photo 2012).

En 1953, augmentation du nombre de classes grâce à l'ajout, à droite du bâtiment, d'une aile conçue par l'architecte P.J. Peeters. Corps maçonné de deux niveaux, d'inspiration moderniste. Façade à rue aveugleUn élément est dit aveugle lorsqu’il est dénué d’ouverture. Une baie aveugle est un élément construit sans ouverture, imitant une porte ou une fenêtre. sous mur d'attiqueUn élément est dit en attique lorsqu’il est situé au-dessus de l’entablement. à claire-voieUn élément est dit à claire-voie lorsqu’il est ajouré de petites ouvertures décoratives. et façade principale portant l'inscription «INSTITUT / Saint / PHILIPPE / NERI». Façade latérale de composition symétriqueDans l'inventaire, une façade est dite de composition symétrique lorsqu’elle compte trois travées égales. À Bruxelles, ce type de façade s’élève souvent sur trois niveaux de hauteur dégressive. La travée axiale est d’ordinaire mise en évidence par un ressaut, par un ou plusieurs balcons et par un décor plus élaboré. percée de fenêtres en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. réparties sur trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade..

Intérieur
À l'origine, à l'avant et à l'arrière, entrée suivie d'un couloir débouchant sur un préau central éclairé zénithalement et entouré de classes. Escalier monumental menant du préau à l'étage où les classes donnent sur une galerie. Cellules, dortoir, et chapelle doublée d'une sacristie sous toiture mansardée.
Bâtiment considérablement agrandi dans les années 1950 et 1980.

Chaussée de Boondael 216, 218-200, Institut Saint- Philippe Néri, conciergerie (photo 2012).

Conciergerie de style Beaux-ArtsStyle Beaux-Arts (de 1905 à 1930 environ). Courant architectural puisant son inspiration dans les grands styles français du XVIIIe siècle. Riche et ornementé, il se caractérise souvent par des élévations en (simili-)pierre blanche et/ou brique orangée ainsi que par l’usage du fer forgé pour les garde-corps et la porte., architecte René Théry, 1910.
Bâtiment de plan rectangulaire, perpendiculaire à la rue, d'un niveau sous toiture mansardée. Façade en briques rehaussée d'éléments de pierre blanche et simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris.. SoubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. de pierre bleue et moellonsPierres grossièrement équarries mises en œuvre dans une maçonnerie. de pierre bleue; muret attenant traité de même identique. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle.. Corniche sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console.. LucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle.. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. d'origine.

Chapelle de style éclectique d'une grande sobriété, architecte René Théry, 1911.
Chapelle composée d'une seule nef à cinq travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade., sous bâtièreToit à deux versants. d'ardoises à croupettePetite croupe ou croupette. Petit versant de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leur extrémité. Contrairement à la croupe, la croupette ne descend pas aussi bas que les pans principaux.; il était prévu de la coiffer d'un clocher ajouré d'abat-sons, mais ce projet ne sera jamais mis à exécution. Façades en briques rehaussée d'éléments de pierre blanche sur soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. de pierre bleue. Façade à rue percée de deux registresAlignement horizontal de baies sur un pignon. de fenêtres flanqués de pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau.; en bas, cinq fenêtres rectangulaires sous un bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. de pierre blanche pourvu de gargouillesStatue fantastique d'ordinaire traversée par un conduit relié à la corniche. La gueule de la statue crache les eaux à distance des murs. et en haut, baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. en tripletGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. reprises dans un encadrement à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle.; le tout sous une corniche débordante, sur aisseliersEn menuiserie, pièce de bois disposée de biais, portant le débordant d’un toit ou d’un auvent. En charpenterie, lien disposé en oblique, soulageant une pièce horizontale et portant sur une pièce verticale. profilés couplés; façade flanquée de part et d'autre de contreforts. Façades latérales flanquées d'une annexe sous appentisToit à un seul versant. au rez-de-chaussée et à l'étage, percées de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. jumelées par trois entre contreforts amortis de pierre blanche frappée d'une croix. Façade arrière percée d'un portail axial.

Chaussée de Boondael 216, 218-200, Institut Saint- Philippe Néri, chapelle (photo 2012).

Vaisseau rythmé par des arcadesBaie aveugle ou non, coiffée d'un arc, souvent en répétition et allant jusqu’au sol. en ellipse sur de petites colonnes d'inspiration romane.

Sources

Archives
ACI/Urb. 41-216; 41-118-222.

Ouvrages
BOVY, Ph., Boondael (2), Commune d'Ixelles, Bruxelles, 2003 (À la découverte de l'histoire d'Ixelles, 10), p.8.

Arbres remarquables à proximité