Typologie(s)

maison bourgeoise

Intervenant(s)

A.-J. DELPLANQUEgéomètre (-expert)1899

Styles

Éclectisme
Néo-Renaissance flamande

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Inventaire des sgraffites (GERPM)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Ixelles (DMS-DML - 2005-2015)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Technique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2011-2013

id

Urban : 21271
voir plus

Description

Ensemble de deux maisons bourgeoises identiques en miroir d'inspiration néo-Renaissance flamandeLe style Renaissance flamande (XVIe s.) mêle des éléments inspirés de la Renaissance italienne à l’héritage architectural médiéval local. Le style néo-Renaissance flamande (de 1860 à 1914 environ) cherche à ressusciter cette architecture, à la faveur de l’émergence du nationalisme belge. Il se caractérise par des élévations en briques et pierres et des formes caractéristiques (pignons, tourelles, logettes)., géomètre-expert A.-J. Delplanque, 1899. Le n°129 a été réalisé pour le peintre Strens.

Il débute une enfilade particulièrement homogène d'immeubles de style éclectique allant jusqu'au n°171.

Élévations asymétriques de deux niveaux en pierre blanche rehaussées d'éléments en pierre bleue. Toitures mansardées (transformée ultérieurement au n°127). Travées principalesTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale. sous pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc., devancées aux étages de balcons de taille dégressive. Garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. (pansus au n°129) en ferronnerieÉléments en fer d’une construction, qu’ils soient en fer forgé, en fonte ou dans un autre matériau ferreux. à tous les niveaux. TympansEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge., allègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. et tablesPetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. décorés de sgraffitesTechnique de décoration murale consistant à recouvrir d’une mince couche d’enduit clair une première couche de ton sombre. Un dessin est ensuite créé en grattant partiellement l’enduit clair, alors qu’il est encore frais, pour mettre à jour l’enduit foncé sous-jacent. Les traits des dessins apparaissent ainsi en creux et en foncé. En outre, la couche d’enduit clair peut être mise en couleur. à motifs végétaux. MenuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. conservée au n°129, partiellement au n°127 (garage de 1932).

Sources

Archives
ACI/Urb. 144-127; 144-129.

Ouvrages
Inventaire des sgraffites. Ixelles, GERPM–SC ASBL, s.l., s.d., fiches 79A et 79B.