Typologie(s)

immeuble à appartements

Intervenant(s)

Armand DE SAULNIERarchitecte1935

Fernand MAYNÉentrepreneur

Styles

Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Le patrimoine monumental de la Belgique. Forest (DPC-DCE - 2014-2020)

Recherches et rédaction

2014-2016

id

Urban : 29013
voir plus

Description

Ensemble uniforme de trois immeubles à appartements de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs. conçu en 1935 pour la société Alexandre Bertrand & Consorts par l’architecte Armand de Saulnier et l’entrepreneur Fernand Mayné, qui signent de part et d’autre de la porte axiale.

L’ architecte dessine pour le même consortium les plans des immeubles à appartements sis aux nos82, 84-86 (1935) et au no88-90 (1938) (voir ces numéros).

Façade commune conçue selon un schéma répétitif. ÉlévationDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de six niveaux, le dernier en retrait. Façade en briques rouges rythmée de bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. enduits, sur soubassement en pierre bleue. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires. Les quatre niveaux axiaux identiques: en léger surplombSaillie portant une partie haute en avant d’une partie basse., ils prennent appuiAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas. sur de fortes consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. et sont devancés de logettes et de petites terrasses à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. tubulaire s’enchaînant en alternance. Au dernier niveau, terrasse continue close d’un garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. tubulaire également continu. Jardinières intégrées aux balcons des étages et sur toute la largeur de l’étage-attique. Trois porches axiaux. Celui du no60 abrite une porte à deux battants et conserve son revêtement de sol d’origine constitué de carreaux formant un motif haut en couleur. Troisième et septième travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. percées d’un porche.
À l’origine, muret d’attique à gradins portant l’inscription «Anno 1935 Palais de l’Altitude 100» au-dessus des trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. axiales, supprimé en 1980.

À l’intérieur, le rez-de-chaussée a été conçu pour accueillir quatre magasins et quatre appartements. Les trois portes d’entrée s’ouvrent chacune sur un hall dans lequel donnent un escalier et un ascenseur desservant deux appartements par étage.

Sources

Archives
ACF/Urb. 12847 (1935), 13618 (1938), 20396 (1980).

Arbres remarquables à proximité