Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaireLe boulevard Guillaume Van Haelen relie l’avenue Van Volxem à la place de Rochefort en traversant la rue des Alliés. La rue des Glands y débute. Les rues Pierre Decoster, Berthelot, du Croissant, de Fierlant, du Charme et la chaussée de Bruxelles y aboutissent.

Le boulevard Guillaume Van Haelen fait partie du plan d’aménagement du Parc du midi, quartier à villas et grandes voies de communication destinées à relier Saint-Gilles, Uccle, Forest et Anderlecht dressé par Victor Besme et approuvé par arrêté royal le 15.03.1876.

Au début du XXesiècle, le boulevard est dédié au bourgmestre libéral Guillaume Van Haelen, qui exerça son mandat de 1876 à 1886.

Boulevard Guillaume Van Haelen 134 à 142 (photo 2019).

Le boulevard Van Haelen se bâtit en plusieurs phases. Quelques maisons bourgeoises de style éclectique s’érigent entre 1909 et 1914 comme notamment l’enfilade homogène allant du n°57 au n°63 (voir ces numéros). Parmi les premières constructions de la rue se trouvait également une école communale inaugurée en 1909 (école communale n°5, architecte Henri Jacobs; entrée à hauteur de la parcelle vacante entre les nos50 et 54); elle fut détruite en 1986. Le n°54 abritait à l’origine la maison du directeur (voir ce numéro). Le boulevard reste néanmoins assez peu bâti avant la Première Guerre mondiale.
Une deuxième phase de construction s’étend durant les années 1920 et voit un grand nombre de parcelles se couvrir de maisons ou de petits immeubles à appartements de style Art Déco. Parmi ceux-ci notons de nombreux bâtiments dus à l’architecte Rémy Leysen: les nos95 (voir ce numéro), 107 (1925), 115 (1923), 117 (1926), 121 (voir ce numéro) 161 (1927) et 163 (1927). Notons également de style Art Déco les nos111 et 113 (1923, identiques au n°67, voir ce numéro), 119 (immeuble à appartements, architecte G. Ligo, 1929), 123 (immeuble à appartements, 1929), 165 (immeuble à appartements, architecte Léon Lemal, 1926), 167 (maison, architecte Charles De Wys, 1926), et 173 (maison, architecte F. Verheyen, 1928). Durant cette période, certaines maisons sont construites en style éclectique tardif, comme l’enfilade homogène des nos134, 138, 140 et 142 (architecte Franz Simon, 1923) et 136 (architecte Ed. Lodewyck, 1923).
Ensuite, durant les années 1930 sont construits quelques immeubles d’angle de style moderniste, comme les nos1, 126, 156 et 197 (voir ces numéros).
Enfin, les quelques parcelles restantes sont bâties durant les années 1950, 1960 et 1970. On assiste également à quelques destructions/reconstructions.

Sources

Archives
ACF/TP 49.
ACF/Urb. 107: 8505 (1925); 111 et 113: 7937 (1923); 111: 14099 (1941); 113: 19921; 115: 7925 (1923); 117: 9118 (1926), 13159 (1936); 119: 10243 (1929), 12683 (1935), 25452 (2013), 25773 (2015); 123: 10341 (1929), 21573; 134: 7580 (1923), 15946 (1952); 136: 7647 (1923), 25759 (2015); 138: 7578 (1923); 140: 7579 (1923), 24521 (2009), 24637 (2011), 25646 (2014) et 142:7617 (1923); 161: 9469 (1927); 163: 9230 (1927), 26444 (2016); 165: 9146 (1926), 12763 (1935); 167: 9164 (1926), 11429 (1931), 22740 (2001); 173: 10157 (1928), 10941 (1930), 13358 (1938).

Ouvrages
HUSTACHE, A., Forest, CFC-Éditions, Bruxelles, 2001 (coll. Guide des communes de la Région bruxelloise).

MEULEMANS, S., De school als totaalkunstwerk: het œuvre van Henri Jacobs (1864-1935) in het Brusselse (mémoire de licence en histoire de l’art), Katholieke Universiteit Leuven, 1995, p.31.
VERNIERS, L., Histoire de Forest-lez-Bruxelles, A. De Boeck, Bruxelles, 1949.