Rue rectiligne reliant la r. Froissart à la r. du Cornet, aménagée sur les terrains de la veuve du bourgmestre Hap. Son tracé fut décrété par l'AR du 03.11.1869 (qui remplaça celui de 1867).

Bordée principalement d'immeubles éclectiques d'inspiration néoclassique, la plupart de trois niveaux et deux ou trois travées, comme les nos 10 (1894), 23, 31 (de deux niveaux) et 43. Quelques ensembles de style semblable, tels les nos 25 (profondément transformé), 27 (1874), et 66, 68 (1875). De nombreuses habitations à façades en briques, animées par des bandes, comme les nos 12, 14 (ensemble de 1895), 15 (1910) et 16 (1905), avec porte sous bel entablement en pierre bleue, 39a (1913) d'inspiration Art nouveau (devanture commerciale d'origine act. transformée), 44 (1896, arch. L. BRAL), petite maison précédée d'un jardin clôturé par une grille.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AR 06.06.1867.
ACEtt./TP 40909 (1874), 41906 (1875), 4328 (1894), 5189 (1895), 29705 (1896), 17643 (1905), 1732 (1910), 4874 (1913).

Ouvrages
CABUY, Y., DEMETER, S., LEUXE, F., Atlas du sous-sol archéologique de la Région de Bruxelles: 7. Etterbeek, Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles, 1994, p. 53.