Du nom d'un chroniqueur du Hainaut du XIVe s., cette artère rectiligne relie la pl. Jourdan à la r. Belliard. Son tracé est intégré dans le plan général d'alignement de 1867 ; la rue est ouverte vers 1870. À partir de 1882, elle fait partie de la «grande voirie».

Bordée d'immeubles relativement homogènes, principalement d'inspiration néoclassique. Façades enduites, parfois stuquées de deux ou trois niveaux et deux ou trois travées, dont quelques ensembles, comme les nos 9 à 11 (1872), 47, 51 à 55 (1876, arch. C. ALMAIN-DE HASE), 59, 64 (avec logette en bois), 66 (1895, arch. DESTEINBACHBERICK) et no 68 ; quelques exemples d'habitations plus traditionnelles à façades en briques rouges, la plupart de deux niveaux, tels les nos 61, 63, 65, 67 (1889, construites par la Compagnie immobilière de Belgique). Au no 60-62, l'Institut médico-chirurgical (agrandi en 1923, arch. F. VANDENBROUCKE) ; façade en briques de deux niveaux et deux travées sous toiture mansardée, (à l'origine d'un niveau, exhaussé en 1921 d'après les plans de l'arch. F. VANDENBROUCKE), caractérisé par les pilastres et la large porte cochère qui donne accès à la cour intérieure. Bâtiment arrière composé de deux ailes de trois niveaux sous toiture combinée. L'homogénéité est interrompue par le centre Borschette et la clinique Parc Léopold (1974), à l'emplacement d'une belle maison de maître de 1912 en style Beaux-Arts.


Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AR 26.11.1867, 23.05.1882
ACEtt./TP (1872), 45871 (1876), 7247 (1889), 4957 (1895), 2431 (1912), 1037 (1921), 4335 (1923),
Reg. d'entrée 2714 (1974)
CC 26.11.1863

Ouvrages
RC 1872, p. 21.