Typologie(s)

immeuble à appartements
rez-de-chaussée commercial
immeuble de bureaux

Intervenant(s)

A. et H. VANDAELEarchitecte1927-1928

Styles

Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 36560
voir plus

Description

Deux immeubles de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs., conçus en 1927-1928 par les architectes A. et H. Vandaele, l’un à appartements et rez-de-chaussée commercial, l’autre un immeuble de bureaux pour les établissements Le Couvre-lit Leten et Van Hove.

À partir de 1930, le no9-11 abrite également l’Alliance Cinématographique Européenne.

Rez-de-chaussée recouverts de granitoMatériau composé de mortier et de pierres colorées concassées présentant, après polissage, l’aspect d’un granit.. Étages enduits en simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche, marqués par des ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. successifs.

Au no8, immeuble de six niveaux sous toiture mansardée. Au rez-de-chaussée, porte et vitrine, qui intégrait à l’origine une porte centrale. Deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. égales aux étages, traitées en oriel à ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. successifs aux quatre premiers et formant terrasse continue de faible profondeur au dernier. Ce niveau est percé de trois baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement., l’axiale plus étroite, à piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. en colonnette cannelée; il devait abriter un atelier, éclairé par un lanterneau dans le bas du brisis. Décor de frisesBande horizontale, décorée ou non, située au milieu de l’entablement. Par extension, suite d’ornements en bande horizontale. de canneluresLes cannelures sont des canaux longs, parallèles et en répétition, ornant des pilastres ou des colonnes.. Brisis percé d’une large lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. à trois fenêtres. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. remplacée.
À l’origine, au rez-de-chaussée, magasin à l’avant, logement du concierge à l’arrière. Un appartement par étage.

Au no9-11, immeuble de six niveaux sous toit plat à front de rue, relié par un corps étroit à un second bâtiment, de huit niveaux sous toit plat. Façade symétrique. Rez-de-chaussée percé d’une large porte dans l’axe, flanquée de deux vitrines à coussinetsPierres de taille formant saillie profilée dans l’embrasure de la baie. Ils sont situés au sommet des piédroits et portent un linteau ou un arc. carrés puis de deux portes piétonnes. Deux premiers étages en granitoMatériau composé de mortier et de pierres colorées concassées présentant, après polissage, l’aspect d’un granit., percés dans l’axe d’une haute fenêtre. Latéralement, travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. en ressautsSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. croissants: quatre fenêtres en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. chacune au premier étage, deux fenêtres en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. au deuxième et cinq fenêtres formant une avancée continue au troisième. Celle-ci forme une terrasse de faible profondeur pour les cinq baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. du quatrième étage, surlignées d’une corniche de béton à consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. géométriques. Dernier niveau d’attique, de faible hauteur, jadis rythmé de hampes porte-drapeau. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. remplacée, excepté la porte axiale, à grilles en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à dessin Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs.. Vitrine de droite transformée en entrée de garage.
À l’arrière, corps de liaison et immeuble arrière surhaussés dans les années 2000. Ce dernier abrite aujourd’hui des logements.

Sources

Archives
AVB/TP 8: 37523 (1928); 9-11: 48846 (1927); 10: 44989 (1935), 57314 (1947), 82579 (1964).

Périodiques

Almanach du Commerce et de l’Industrie, «Yser (place de l’)», 1930. 

Arbres remarquables à proximité