La pl. du Roi Vainqueur a été inaugurée le 23 février 1936 à l'occasion du 2e anniversaire de la mort du Roi Albert 1er.

C'est une place ovoïde vers laquelle convergent, suivant un axe O.-E., les av. du Onze Novembre et du Front, ainsi que les av. Édouard de Thibault et Hansen-Soulie et les r. Bruylants et de Tervaete. Suivant le plan d'ensemble du quartier du Rinsdelle, établi en 1911 et approuvé en 1923, la place aurait dû se situer plus à l'E., à l'emplacement de l'av. du Front et de la pl. du Quatre-Août.

À l'époque où la place fut créée, l'administration communale d'Etterbeek décida d'organiser un concours entre architectes dans le but d'édifier à cet endroit un ensemble d'architecture contemporaine intéressante et demanda au Conseil de direction de L'Émulation de collaborer à la rédaction du règlement de ce concours. Des six projets soumis au jury présidé par l'échevin des Travaux, quatre sont éliminés et seuls les projets des arch. Paul POSNO et Jules BRUNFAUT retiennent l'attention. Celui de ce dern., offrant trop de contrastes avec les quartiers voisins, est toutefois rejeté au profit du projet de P. POSNO.

Place du Roi Vainqueur, 'Concours d'urbanisation à Etterbeek - Projet de M. Posno, architecte, classé premier' (iL'Émulation/i, 7, 1936, p. 118).
Place du Roi Vainqueur, 'Concours d'urbanisation à Etterbeek - Projet de M. POSNO, architecte, classé premier' (L'Émulation, 7, 1936, p. 118).

L'ensemble d'immeubles à appartements conçu par P. Posno ne sera finalement réalisé que dans les années 1950 suivant les plans de plusieurs architectes. Trois entreprises de construction en sont les principaux propriétaires (Entreprises générales de travaux d'Anderlecht : nos 1 à 3, 21 ; sa COGEBA : nos 7 à 11 ; sprl Delcominette-Rans : no 12-13, 20, 22, 25-26).

Les immeubles, répartis symétriquement en six groupes, présentent extérieurement des façades similaires en briques jaunes, percées de larges baies horizontales et pourvues de loggias aux angles. Cette homogénéité des façades, imposée par l'administration communale suite au concours remporté par l'arch. P. POSNO, ne reflète cependant pas l'organisation interne des immeubles.

Les deux 1ers groupes, constitués par les nos 1 à 3 (1957, arch. P. POSNO) et les nos 25-26 (1956, arch. A. POSTRAL) et 27-28 (1953, arch. E. MARTIEN), érigés sur sept niveaux, sont de profil concave et relient les av. de Thibault et Hansen-Soulie. Le 1er comporte, à chaque niveau, neuf appartements, généralement de deux chambres, desservis par quatre cages d'escaliers et d'ascenseurs, tandis que le 2e compte huit appartements, dont deux de grandes dimensions.

Leur faisant face, entre les r. Bruylants et de Tervaete, les nos 12-13 (1955, arch. G. VINCENT) et 14 à 16 (1955, arch. J. GIESBERGS et J. DEKANDELAER) sont également de profil concave. Chacun de leurs six niveaux, desservis par trois cages d'escaliers et d'ascenseurs, accueille d'une part cinq et d'autre part sept appartements de dimensions variables. Les longs côtés rectilignes sont occupés par cinq immeubles de six à huit niveaux, compris pour les nos 7 à 11, entre l'av. E. de Thibault et la r. Bruylants (Nos 7 : 1955, arch. J. SCHMIDT et P. POSNO ; 8 : 1953, arch. P. POSNO et J. SCHMIDT ; 9 : 1953, arch. P. POSNO ; 10 : 1953, arch. P. POSNO et J. SCHMIDT ; 11 : 1956, arch. J. SCHMIDT), et pour les nos 20 à 24, entre la r. de Tervaete et l'av. Hansen-Soulie (1954 ; nos 20 et 22 : arch. G. VINCENT, 21 : arch. P. POSNO, 23 : arch. M. VIEHOFF et J. SERVAYS). Chaque niveau comporte généralement deux appartements. À noter cependant que le no 20 comporte un seul et vaste appartement par niveau.

Mémorial Louis Schmidt
Le square au centre de la place, primitivement destiné à l'érection d'une nouvelle maison communale, a été aménagé en parc. Un monument à la mémoire du bourgmestre Louis Schmidt (arrêté pour faits de résistance le 21 avril 1942 et mort en captivité à Breslau le 13 février 1944) y a été inauguré le 14 septembre 1947.
Il a été réalisé par l'entr. A. DETRY, d'après les plans de l'arch. H. DERÉE. Les sculptures sont de Jules BEERNAERTS.

Place du Roi Vainqueur, Mémorial Louis Schmidt. Jeune fille tenant une coquille par le sculpteur J. BEERNAERTS (photo 1994).
Place du Roi Vainqueur, Mémorial Louis Schmidt. Jeune fille tenant une coquille par le sculpteur J. BEERNAERTS (photo 1994).

Le mémorial est situé dans la partie E. du square, à proximité des r. Bruylants et de Tervaete, dans l'axe de l'av. du Front. Il se présente sous l'aspect d'une plateforme semi-circulaire en pierre bleue, accessible par quelques degrés interrompus par un haut socle axial en pierre bleue accueillant le buste en bronze de Louis Schmidt, signé « J. BEERNAERTS/ 1946 ». Derrière, une exèdre en pierre bleue supporte six piliers de pierre blanche reliés par une traverse gravée des dates « 1914-1918 » et « 1940-1945 ». Les piliers sont reliés à la base par deux bas-reliefs, de part et d'autre d'un haut panneau central sur lequel se détache le buste de L. Schmidt. Le monument est complété à l'arrière par deux haies de ligustrum encadrant une vasque et une jeune fille tenant une coquille, bronze signé « J. BEERNAERTS/ 1947 ».
En outre, une stèle à la mémoire de tous les résistants d'Etterbeek, portant l'inscription « RESISTENTIUM VIRTUS/ PATRIAE PRAESIDIUM » a été inaugurée le 7 mai 1976.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AR 26.10.1949.
ACEtt./TP 446 (1947), 2124 (1956), Reg. d'entrée 814, 1116, 1130 (1953), 1864 (1953 et 1956), 1442, 1520, 1559, 2823 (1954), 1636, 1894 (1955), 2019 (1956), 227 (1957).

Ouvrages
ARON, J., DE BECKER, F., PUTTEMANS, P., Inventaire du patrimoine contemporain de la région de Bruxelles, Bruxelles, 1994, fiches 48, 121, 122..
MEIRE, R. J., Histoire d'Etterbeek, Musin, Bruxelles, 1981, pp. 98, 109, 111, 121-122, 125-126, 128.
SMETS, M., L'avènement de la cité-jardin en Belgique : histoire de l'habitat social en Belgique de 1830 à 1930, Mardaga, Bruxelles, 1977, p. 164.

Périodiques
OBOZINSKI, J., « Concours d'urbanisation à Etterbeek » in L'Émulation, 7, 1936, pp. 117-119.