Typologie(s)

maison d’habitation

Intervenant(s)

Antoine MENNESSIERarchitecte1884-1886

Styles

Néo-Renaissance flamande

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Pentagone (1989-1993)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 32310
voir plus

Description

Formant, de part et d’autre, l’angle de la rue Van Gaver, deux ensembles de deux maisons en style néo-Renaissance flamande, sur les plans de l’architecte A. Mennessier de 1884-1885, ainsi qu’en témoignent l’ancrage au pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. du n° 32 (1885) et la pierre au pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. du n° 34, datée 1886 et portant «a. mennessier / architecte / de cette rue».

Trois niveaux et, pour chacune, une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. plus la porte, sous bâtières limitées, au-dessus des façades latérales vers la rue Van Gaver, par un pignon à gradins; celle du n° 32 transformée tardivement en toiture mansardée. Parements de briques, régulièrement décorés de bandeauxÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. — réticulés aux nos 30-32 —, de motifs d’arcatures sous les gradins du pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. et aux encadrements des ouvertures et des niches; pierre bleue employée pour les soclesMassif surélevant un support ou une statue., les bandeaux du rez-de-chaussée et les appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas., continus ou non. Ornementation caractéristique de figures en ronde-bosse et en demi-relief, inspirées de motifs gothiques et renaissants, peints en couleur imitant la terracotta.

Bordant la rue Van Gaver, façades-pignons monumentales caractérisées aux étages par un conduit de cheminée en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général. dans l’axe, dont la souche sert de pinacle au pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. à sept gradins et à consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console.. Dans un pourtour de briques, niches ornées de statuettes; travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. inscrites dans un encadrement cintré ; arcatures décoratives. Raccordant les façades, angle coupé au rez-de-chaussée récupérant l’angle droit des étages par un cul-de-lampe orné d’une figure de marchand médiéval en terre cuite. Façades principales conçues chacune symétriquement, avec portes au centre et balcons à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en ferronnerie, sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console. au premier étage. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires au rez-de-chaussée, échancrées aux étages. Corniches sur consolesPièce de pierre, de bois ou de métal partiellement engagée dans un mur et portant un élément en surplomb. La console se distingue du corbeau par ses dimensions plus grandes et par le fait qu’elle s’inscrit grosso modo dans un triangle rectangle. La console désigne également des éléments non porteurs, mais apparentés d’un point de vue formel à une console., partiellement à mutules; lucarneOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. au n° 30 ; deux lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. à gradins aux nos 32-34.


Sources

AVB/TP 26128 en 23730 (1884-1886).