Typologie(s)

maison unifamiliale ou de rapport (indéterminé)

Intervenant(s)

INCONNU - ONBEKEND1600-1699

R. VAN ONCKELENarchitecte1959

Styles

Architecture rurale
Néo-traditionnel

Inventaire(s)

  • Inventaire du patrimoine monumental de la Belgique. Bruxelles Pentagone (1989-1993)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Archéologique
  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016

id

Urban : 33327
voir plus

Description

Maison perpendiculaire traditionnelle, de deux niveaux et deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. sous bâtièreToit à deux versants. de tuiles.

Du XVIIe siècle, façade-pignon en briques et grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice. ponctuée d’ancres en I, restaurée en 1959 sur les plans de l’architecte R. Van Onckelen qui, entre autres, rétablit les croiséesBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit. des fenêtres et renouvela les couvre-murs des six gradins et du pinacleAmortissement élancé de plan carré ou polygonal. rectangulaire du pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc.. Légèrement agrandies vers le bas, fenêtres d’étage conservant quelques éléments d’encadrement anciens : montants à harpesLes harpes sont une superposition d’éléments dont la tête est alternativement courte et longue. médianes, creusés en gorge, linteauxÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. prolongés, comme jadis les traversesÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. et appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas., en bandeauÉlément horizontal, soit en saillie et de section rectangulaire, soit dans le plan de la façade. encore visible aux trumeauxPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau.. Au pignon souligné par un larmierMouluration horizontale qui présente un canal creusé dans sa partie inférieure, servant à décrocher les gouttes d’eau afin d’éviter leur ruissellement sur la façade. Le larmier isolé possède un chanfrein comme moulure supérieure. Le larmier constitue l'un des éléments de la corniche. et deux trous de boulin, quatre ouvertures traditionnellement disposées en triangle : deux baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. rectangulaires encadrant la haute baieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. axiale — aujourd’hui pourvue d’un meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. et d’un linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. récents — sous amples arcs de déchargeArc noyé dans un mur plein, qui surmonte généralement un linteau ou un autre couvrement et sert à le soulager., et un jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. de comblesEspace intérieur de la toiture. terminal. Sur soubassement chanfreiné en grèsTerre cuite de texture serrée, légèrement vitrifiée, glaçurée ou non. Le grès désigne également une famille de pierres composées de silice., rez-de-chaussée remanié, autour d’une porte basse à gauche, sous linteauÉlément rectiligne d’un seul tenant, en pierre, bois, béton ou métal, couvrant une baie. droit déchargé d’un rouleau de briques cintré, conservant des montants chaînés creusés en gorge, comme le jambage subsistant à droite, témoin de la présence, jadis, d’une fenêtre à croiséeBaie à croisée. Baie divisée par des meneau(x) et traverse(s) se croisant à angle droit.. À l’allège et au trumeauPan de mur compris entre deux travées ou entre deux baies d'un même niveau. gauche de l’étage, respectivement niche en mitreUn élément est dit en mitre lorsque son tracé se compose de deux droites se rejoignant en pointe. et support d’enseigne en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage..
Appuyés à la façade latérale gauche, restes d’une maison d’angle avec façade-pignon vers la rue des Dominicains.

Sources

Archives
AVB/TP 77666, 77791 (1959).

Sites internet
BALat KIK-IRPA