Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaireReliant en ligne droite la rue Royale à la place de la Liberté et recoupée par la rue du Gouvernement provisoire, l’artère fut tracée dans le cadre du plan d’assainissement du quartier Notre-Dame-aux-Neiges, établi en 1874 par l’architecte A. Mennessier (voir rue du Congrès). Comme d’autres rues du quartier ainsi créé, elle porte le nom d’une des libertés fondamentales de la constitution belge.

Elle conserve l’allure caractéristique de son époque, avec ses façades enduites bien sages, la plupart rafraîchies, de trois niveaux sur caves et de deux ou trois travées. De style éclectique à caractéristiques néoclassiques, telles les divisions horizontales et verticales par cordons, bandeaux et pilastres, l’accent mis sur la travée médiane, les fenêtres rectangulaires à encadrement à filet, l’entablement terminal. Appartiennent notamment au type le plus simple les façades des nos 8 (1888, architecte E. Dewé ; bow-window en 1898 par l’architecte V. Taelemans), 10 (1888 ; bow-window en 1924), 25 (1887, architecte D. Francken), 36 (1881-1886), 44 (1879), 48 (1888), 49 (1887) et 53 (1888 ; voir aussi rue des Cultes, nos 13 et 19). S’y ajoutent un bon nombre de maisons jumelées, plus ornées et quelques hôtels de maître, de quatre ou cinq travées, toujours de même ordonnance. De cet ensemble homogène se détachent quelques façades à caractère néo-gothique, néo-baroque ou néo-Renaissance jouant avec la couleur des matériaux.


Sources

Archives
AVB/TP 6999 et 70769 (1888, 1898), 6943 et 29460 (1888, 1924), 6945 (1887), 6963 et 6935 (1881-1886), 6960 (1879), 6948 (1888), 6938 (1887) et 9679 (1888).