Typologie(s)

maison ou immeuble de rapport

Intervenant(s)

Jean MAELSCHALCKarchitecte1906

Styles

Éclectisme
Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016-2017

id

Urban : 36076
voir plus

Description

Ensemble de deux maisons de rapport analogues, de style éclectique teinté d’Art nouveau, architecte Jean Maelschalck, 1906. Signature sur le soubassement du no37: «Jean / Maelschalck / architecte».

À l’origine, bâtiments de trois niveaux sous toiture en bâtièreToit à deux versants., accompagnés à droite par un mur de clôture de huit mètres. Ils sont établis sur une parcelle en triangle de faible profondeur. En 1927, le no37 est doté d’un étage supplémentaire, sous brisis et plateforme. En 1929, c’est le no39 qui est surhaussé d’un étage, sous toiture mansardée. Dans les années 1950, la majeure partie du mur de clôture disparait lors de la construction du no35a.

Façades en briques blanches, rehaussées de briques bleu clair et de pierre bleue. Élévations de respectivement trois travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. symétriques et deux travées inégales. Travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée en décalage. Balcons à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en fonteFer riche en carbone, moulé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des colonnettes, des cache-boulins. Contrairement au fer forgé, la fonte est cassante et résiste mal à la flexion. au premier étage. TympansEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge. et pleins-de-travée en travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée ornés de sgraffites à décor floral Art nouveauStyle Art nouveau (de 1893 à 1914 environ). Mouvement international, avec de fortes variantes locales, né en réaction aux styles « néo ». En Belgique, ce courant connaît deux tendances : d’un côté, sous l’égide de Victor Horta, l'Art nouveau « floral », aux lignes organiques ; de l’autre, l'Art nouveau géométrique, influencé par l'art de Paul Hankar ou la Sécession viennoise.; ceux des étages pour la plupart abîmés ou disparus. Portes à coussinetsPierres de taille formant saillie profilée dans l’embrasure de la baie. Ils sont situés au sommet des piédroits et portent un linteau ou un arc. découpés portant un arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. clavé. Menuiserie remplacée, excepté les portes, à grilles en fer forgéFer façonné à chaud sur l’enclume, utilisé pour réaliser des éléments architecturaux comme des garde-corps, des ancres, des grilles, des épis de faîtage. à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc., le châssis du rez-de-chaussée au no39 et la corniche (récupérée) du no37.

Au no37, travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. d’entrée axiale, en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. Première fenêtre sous corniche et arc de déchargeArc noyé dans un mur plein, qui surmonte généralement un linteau ou un autre couvrement et sert à le soulager. brisé. Troisième fenêtre à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de même forme, éclairant à l’origine une lucarne passanteUne lucarne est dite passante lorsqu'elle est située dans le plan de la façade et interrompt la corniche ou l’entablement terminal du bâtiment. à couronnement en ogive. En travées latérales, fenêtres du deuxième étage à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. et sous tympansEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge., comprises dans un décor d’arcade outrepassée.

Au no39, en travée principaleTravée la plus large de l’élévation, marquée par un ressaut et une décoration plus abondante. Les façades de composition asymétrique comportent d'ordinaire une travée principale., fenêtre des deux premiers étages à archivolteMouluration disposée sur le front de l’arc. Le corps de moulures qui compose l’archivolte est de faible ampleur, moins complexe que celui de la corniche., celle du deuxième à meneauÉlément vertical de pierre ou de métal divisant une baie. et double tympanEspace, décoré ou non, circonscrit par un fronton ou un arc de décharge.. Travée d’entrée terminée à l’origine par une lucarne passanteUne lucarne est dite passante lorsqu'elle est située dans le plan de la façade et interrompt la corniche ou l’entablement terminal du bâtiment. à deux amortissements.

Sources

Archives
AVB/TP Laeken 5945 (1906); 37: 52422 (1927), 93241 (1985); 39: 39838 (1929).