La rue de la Chanterelle relie la rue Meyers-Hennau à la rue Gustave Schildknecht.

Prévue par l’arrêté royal du 17.11.1890, la rue n’est percée que vers 1905, dans le cadre de l’ouverture du boulevard Émile Bockstael, par arrêtés royaux des 18.02.1899 et 05.10.1900. Baptisée rue Michiels à l’origine, l’artère reçoit vers 1912 son nom actuel, renvoyant à un appeau, instrument servant à imiter le chant des oiseaux afin de les attirer.

Entre 1905 et 1914, l’artère se bâtit de maisons unifamiliales ou de rapport de style éclectique, tels les nos34 et 36 (1905). Dans les années 1920, les nombreuses parcelles restées vierges se couvrent d’habitations pour la plupart de style éclectique tardif, comme les nos7 et 9 (1923). La rue compte en outre plusieurs bâtiments industriels, ateliers ou entrepôts, implantés en intérieur d’îlot, comme une ancienne vinaigrerie (voir no8).
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/PP 3374 (vers 1900), 3469 (1898).
AVB/TP 7, 9: 53621 (1923); 36: Laeken 1043 (1905).


Ouvrages
VAN KRIEKINGE, D., Essai de toponymie laekenoise, Laeken, 1995, s.p.
VAN NIEUWENHUYSEN, P., Toponymie van Laken (thèse de doctorat en Philologie germanique), UCL, Louvain-la-Neuve, 1998, pp. 1393-1394.

Périodiques
Almanach du Commerce et de l’Industrie, «Michiels (rue)», 1907, 1914.