Typologie(s)

cité-jardin

Intervenant(s)

Jean-Baptiste DEWINarchitecte1920

Maurice SELLYarchitecte1920

Paul ROBBERECHTS architecte1920

Styles

Éclectisme
Régionaliste

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2018

id

Urban : 38517
voir plus

Description

Ensemble de vingt habitations de style éclectique d’inspiration régionaliste, conçu en 1920 pour le Foyer Laekenois par les architectes Jean-Baptiste Dewin, Paul Robberechts et Maurice Selly.

Composée d’habitations à trois façades jumelées par deux, la cité occupe la pointe nord d’un îlot étroit délimité à l’est par la rue Paul Janson, au nord par la chaussée Romaine et à l’ouest par un tronçon de cette dernière formant une impasse dite Petite chaussée Romaine. Ce complexe et celui implanté de part et d’autre de la rue Gustave Demanet en 1922 (voir nos 29 à 43 et 58 à 80) constituent les premiers et les seuls ensembles de type cité-jardin érigés par le Foyer Laekenois.

Les habitations sont de six types, dont deux sont dessinés par Dewin et les autres par Robberechts et Selly. Habitations entourées d’un petit jardin clos de haies. Façades arrière presque toutes dotées d’une annexe tardive. Huisserie remplacée, châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. à petits-bois à l’origine.

Réalisations de Dewin
Aux nos2 et 4, 10 et 12, 14 et 16 rue Paul Janson, ainsi que 341 et 343, 349 et 351, 357 et 359 chaussée Romaine, réalisations de l’architecte Dewin, présentant des plans et élévationsDessin à l'échelle d'une des faces verticales d’un édifice. Par extension, façade d'un bâtiment ou ensemble de ses façades. de deux types.
Habitations jumelées en miroir, de plan rectangulaire et d’un seul niveau sous toiture à croupesUne croupe est un versant de toit qui réunit les deux pans principaux d’un toit à leur extrémité. Contrairement à la croupette, la croupe descend aussi bas que les pans principaux. en tuiles rouges, descendant en appentisToit à un seul versant. dans l’axe de la façade arrière pour abriter les cuisines. Pans avant et arrière percés chacun de deux lucarnesOuvrage construit sur un toit et permettant d’éclairer le comble par une ou plusieurs fenêtres. de menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC. à quatre pilastresÉlément vertical plat en ressaut qui évoque un support (un pilier engagé). Il peut être muni d’une base et d’un chapiteau. rainurés. PignonsPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. de refend en briques saillants en toiture et limités par des oreilles à amortissement sphérique. Toitures débordantes à chevrons profilés. Façades en briques rouges, marquées en partie supérieure par une bande enduite. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à plate-bandeCouvrement clavé rectiligne d’une baie. La plate-bande se distingue du linteau par le fait qu’elle est appareillée, tandis que le linteau est d’un seul tenant. Elle peut être feinte et masquer un linteau. en briques dressées. Façades toutes peintes ou enduites aujourd’hui, excepté celles des nos341 et 343.

Côté rue Paul Janson, façade à rue percée de trois fenêtres égales. Deux fenêtres inégales en façade arrière. Porte de la cuisine sous l’appentis. En façade latérale, vers l’arrière, porte flanquée de deux fenêtres inégales.
À l’intérieur, vestibule d’entrée à l’arrière, flanqué d’un WC et de l’escalier vers le combleEspace intérieur de la toiture.. Grande pièce à l’arrière, avec cuisine attenante. Deux autres à l’avant.

Côté chaussée Romaine, façade à rue percée de deux fenêtres jumelles accompagnées d’une troisième plus étroite. Angle creusé d’un porche d’entrée ouvert, à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. en bois. Trois petites fenêtres de ce côté. Deux fenêtres inégales en façade arrière. Porte de la cuisine sous l’appentis.
À l’intérieur, vestibule d’entrée dans l’angle, avec escalier vers le combleEspace intérieur de la toiture. et WC. Il ouvre en diagonale sur une grande pièce arrière, en connexion avec la cuisine. Cette pièce donne accès à deux autres, en façades avant et arrière.

Réalisations de Robberechts et Selly
Aux nos6 et 8 rue Paul Janson, ainsi que 337 et 339, 345 et 347, 353 et 355 chaussée Romaine, réalisations des architectes Robberechts et Selly, présentant deux types de plans et quatre types d’élévations.
Toitures de tuiles à égout retroussé. Fenêtres des rez-de-chaussée à contrevents pour la plupart supprimés.

Aux nos337 et 339, 353 et 355 chaussée Romaine, habitations jumelées en miroir, de plan rectangulaire et de deux niveaux sous toiture à croupes, celle des deux premiers numéros mansardée.
Aux nos337 et 339, façades en briques, aujourd’hui enduites à faux-joints. En façade avant, travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. passante à pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc., flanquée d’une porte à arc en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. à corniche cintrée. PignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. percé d’une fenêtre surmontée d’un jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. étroit. Lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon. passante en façade latérale, à fenêtre en escalier, et à l’arrière. De ce côté, porte flanquée d’une petite fenêtre. Souche de cheminée au faîte du toit.
Aux nos353 et 355, rez-de-chaussée en briques, étage enduitL'enduit est un revêtement de plâtre, de mortier, de stuc, de ciment, de lait de chaux, de simili-pierre, etc., l’ensemble aujourd’hui ré-enduit à faux-jointsEnduit dans lequel sont tracés des sillons pour suggérer un appareil de pierre.. BaiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. à plate-bandeCouvrement clavé rectiligne d’une baie. La plate-bande se distingue du linteau par le fait qu’elle est appareillée, tandis que le linteau est d’un seul tenant. Elle peut être feinte et masquer un linteau. en briques dressées. En façade avant, porte à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en anse de panierUn élément est dit en anse de panier lorsqu’il est cintré en demi-ovale. et fenêtre au rez-de-chaussée, fenêtre unique à l’étage. Deux travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. inégales en façade arrière; porte flanquée d’une étroite fenêtre.
À l’intérieur, au rez-de-chaussée, «salle de famille» à l’avant, «cuisine-relaverie» avec WC à l’arrière. À l’étage, desservies par l’escalier latéral menant à un couloir perpendiculaire, une grande chambre à l’avant, deux chambres inégales à l’arrière.


Aux nos6, 8 rue Paul Janson et 345, 347 chaussée Romaine, habitations différenciées, jumelées sur plan en T. Façades en briques en partie inférieure, l’ensemble aujourd’hui enduit à faux-jointsEnduit dans lequel sont tracés des sillons pour suggérer un appareil de pierre.. Cages d’escalier en façade latérale pour les maisons de droite, en façade avant ou arrière pour les maisons de gauche, éclairées par des petites fenêtres en escalier. En façades arrière, WC ouvert, à portillon.
Aux nos6 et 8, habitations de deux niveaux sous toiture à croupes. À droite, façade avant percée de deux fenêtres suivies d’une porte. Une fenêtre à l’étage. À gauche, façade latérale percée de l’entrée et marquée par une gaine de cheminée.
Aux nos345 et 347, habitations d’un niveau sous toiture en bâtière à pignon(s) à oreilles et ancresPièce métallique apparente ou noyée dans l’enduit de façade, fixée à l’extrémité d’un tirant en fer pour solidariser les murs et les planchers. Il existe des ancres purement décoratives, non reliées à des tirants.. À droite, maison à pignonsPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. parallèles à la chaussée. De ce côté, porte à arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. en plein cintreUn élément est dit en plein cintre lorsqu’il est cintré en demi-cercle. et fenêtre au rez-de-chaussée, deux fenêtres jumelles au pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc.. À gauche, maison à pignon perpendiculaire à la chaussée. De ce côté, deux fenêtres inégales, la seconde surmontée d’une lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon. passante. Latéralement, pignonPartie supérieure d’un mur-pignon, parallèle aux fermes de charpenterie, correspondant à la hauteur du comble. Il possède des rampants de formes variées : droits, chantournés, etc. percé de l’entrée et marqué par une gaine de cheminée, flanquée de deux fenêtres. En façade arrière, lucarne-pignonLucarne dont le devant triangulaire évoque un pignon. passante.
À l’intérieur, au rez-de-chaussée, salle commune et chambre. WC seulement accessible depuis l’extérieur. À l’étage, desservies par l’escalier latéral menant à un couloir perpendiculaire, une grande chambre d’un côté, deux chambres inégales de l’autre.

Sources

Archives
AVB/TP Laeken PV Reg. 176 (10.12.1920).

Ouvrages
MOUTURY, S., CORDEIRO, P., HEYMANS, V., Le logement ouvrier et social à Laeken. Étude historique et architecturale débouchant sur des propositions de mesures de protection, Cellule Patrimoine historique de la Ville de Bruxelles, Bruxelles, 1997, pp. 57-59.
VERHAEGHE, L., 8 x Mutsaard-Laken, Gemeenschapscentrum Heembeek-Mutsaard, Bruxelles, 2006, pp. 24-33.

Périodiques

L’Habitation à Bon Marché, 3, année 1, 1921, p. 65, fig. 6.
L’Habitation à Bon Marché, 12, année 1, 1921, pp. 278-279.
VERHAEGHE, L., «1920-1922. Deux cités-jardins au Mutsaard», Uil & Spiegel, 10, décembre 2001, pp. 2-13.