Typologie(s)

immeuble à appartements
rez-de-chaussée commercial

Intervenant(s)

Geo MAILLÉarchitecte1934-1935

Styles

Art Déco

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2016-2017

id

Urban : 36053
voir plus

Description

Ensemble de deux immeubles à appartements de style Art DécoStyle Art Déco (entre-deux-guerres). Tendance à la géométrisation des formes et des ornements architecturaux, doublée de jeux de matériaux, de textures et de couleurs., à rez-de-chaussée commercial, conçus respectivement en 1934 et 1935 par l’architecte Géo. Maillé. Signature au rez-de-chaussée du no11: «GEO. MAILLÉ / ARCH. JETTE.».

Immeubles de quatre niveaux, sous toiture en bâtièreToit à deux versants.. Rez-de-chaussée parementés de céramique jaune à l’origine, récemment enduits. Étages en briques aujourd’hui peintes en rose, à joints horizontaux accentuésAppareil de briques à joints horizontaux accentués. Appareil de briques de parement typique des années 1930, dont les joints horizontaux sont larges et en creux, tandis que les joints verticaux sont minces et pleins., et enduitL'enduit est un revêtement de plâtre, de mortier, de stuc, de ciment, de lait de chaux, de simili-pierre, etc.. Jeux de pans de mur et d’encadrements en ressautSaillie d'une partie de mur par rapport à l’alignement général.. AllègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. à tablesPetite surface plane décorative, carrée ou rectangulaire. En menuiserie, on utilisera plus volontiers le terme panneau. de briques dressées et bas-relief végétal. Corniches conservées, largement débordantes et suivant les saillies de la façade. HuisserieMenuiseries qui s’ouvrent et se ferment, c’est-à-dire les portes et les fenêtres. Par extension, le terme désigne également les fenêtres à châssis dormants. conservée; châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. des étages à imposte à vitrage jaune et mises en plomb intégrant un vitrail évoquant un insecte.
À l’intérieur, les deux immeubles communiquent au rez-de-chaussée.

Au no1 rue Léopold, porte à piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. encore parementés de céramique jaune. BaieOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement. centrale ayant remplacé la porte cochère d’une remise. Deux travées inégales aux étages, celle de droite traitée en oriel de plan trapézoïdal dont les allègesPartie de mur située sous l’appui de fenêtre. La table d’allège est une table située sous l’appui de fenêtre. se prolongent en parapetUn parapet en maçonnerie est un muret servant de garde-corps. à pan coupéPan de mur situé de biais sur l’angle d’un bâtiment. pour un balcon devançant la travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. gauche. Porte à joursOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. grillés conservée.

Au no11 parvis Notre-Dame, deux façades symétriques de trois travées chacune, reliées par une travée1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. de fenêtres sur angle droit. Pour chaque façade, travées1. Division verticale d’une élévation, composée d’une superposition d’ouvertures, réelles ou feintes. 2. En plan, la travée est l'espace compris entre deux rangées de supports disposées perpendiculairement à la façade. latérales traitées en oriel de plan polygonal. Travée axiale rue Léopold percée de tripletsGroupement de trois baies. Les deux latérales, identiques, sont différentes de la baie centrale, d’ordinaire plus vaste. à fenêtre centrale de moindre hauteur. Entrée privée à l’extrémité droite; porte à grilles à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc. et imposteUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. à vitrail géométrique. Rez-de-chaussée à usage de pâtisserie à l’origine, à entrée sur l’angle. Porte – à poussoir métallique ouvragé – et impostesUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. des vitrines, à vitraux à décor géométrique et floral.
À l’intérieur, décor partiellement conservé: lambrisLe lambris est un revêtement de menuiserie, de marbre ou de stuc couvrant la partie inférieure ou l'entièreté des murs d’une pièce. de bois, sas d’entrée en menuiserieÉléments de bois relevant de l’art du menuisier. Pour une façade, le mot peut désigner les portes, les châssis, les éventuelles logettes et la corniche. Par extension, le terme désigne également l'huisserie métallique et en PVC., miroir à encadrement de bois à volutesOrnement enroulé en spirale que l’on trouve notamment sur les chapiteaux ioniques, les consoles, les ailerons, etc., salon de consommation à estrade bordée d’une grille ouvragée.


Sources

Archives
AVB/TP parvis Notre-Dame 11: 43516 (1934); rue Léopold Ier 1: 44696 (1935).