Typologie(s)

hôpital/clinique

Intervenant(s)

Victor HORTAarchitecte1907-1911

Styles

Éclectisme
Art nouveau

Inventaire(s)

  • Actualisation de l'inventaire d'urgence (Sint-Lukasarchief - 1993-1994)
  • Actualisation du projet d'inventaire régional du patrimoine architectural (DMS-DML - 1995-1998)
  • Actualisation permanente de l'inventaire régional du patrimoine architectural (DPC-DCE)
  • Inventaire d'urgence du patrimoine architectural de l'agglomération bruxelloise (Sint-Lukasarchief 1979)

Ce bien présente l’(es) intérêt(s) suivant(s)

  • Artistique
  • Esthétique
  • Historique
  • Urbanistique

Recherches et rédaction

2018

id

Urban : 38554
voir plus

Description

Implanté dans la partie est de l’hôpital Brugmann (voir lettre P sur le plan du site), bâtiment conçu en style éclectique teinté d’Art nouveau par l’architecte Victor Horta à partir de 1907 et construit à partir de 1911.

Configuration

Ce bâtiment compact, à espaces techniques d’un seul niveau sur demi-sous-sol, adopte un plan rectangulaire à plusieurs décrochements, axé sur une grande salle de cuisson qui émerge des toits et s’adosse, là, à un étage de chambres. À l’arrière s’accroche une courte aile marquée au nord-ouest par une avancée à pans coupésPan de mur situé de biais sur l’angle d’un bâtiment.. Le demi-sous-sol est dégagé au flanc gauche par une cour anglaise à garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. métallique, à barreaux droits. Les toits sont aplatis, celui de la salle de cuisson planté d’un lanterneau et ceux des grandes salles voisines ébauchant une bâtièreToit à deux versants..
Avant 1971, une annexe mimétique a été ajoutée sur le flanc gauche, tandis que l’aile arrière a été amputée au bénéfice d’une extension.

Distribution

Le volume d’entrée, à deux portes-fenêtres, accueille en son centre la salle de distribution des repas. Autour de la salle de cuisson se succèdent dans le sens horloger, le local de découpe des viandes (à l’avant), la laverie, la salle de rangement du matériel, l’escalier du sous-sol, l’épicerie en vis-à-vis, la salle dévolue aux légumes, le bureau de l’économe et le dépôt de pain.
La partie arrière loge de part et d’autre d’un couloir en T, à l’avant la boucherie et la chambre froide à gauche ainsi qu’une salle à manger et l’escalier des chambres à droite. Dans l’aile arrière, le couloir mène à gauche (partie disparue) à la laiterie et à une grande salle à manger en saillie et, à droite, à la réception des denrées. Ici, la bascule côtoie une volée d’escalier et un ascenseur pour le demi-sous-sol.
Ce dernier est réservé aux magasins d’approvisionnement et à divers dépôts.

Élévations

Le pavillonLe toit en pavillon est un toit à quatre versants droits couvrant un corps de bâtiment de plan sensiblement carré. La lucarne en pavillon est une lucarne dont le toit est en pavillon. est bâti principalement en briques rouge-orangé mais fortement marqué par un décor de briques jaunes. La pierre bleue est utilisée notamment aux soubassementsPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue., à certaines traversesÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie., à quelques piédroitsLes piédroits sont les éléments verticaux latéraux de l’encadrement d’une baie, portant son couvrement. de porte et de fenêtres de cave ainsi qu’aux appuisAppui de fenêtre. Élément d’ordinaire en pierre, limitant une baie vers le bas.. La simili-pierreEnduit dont la couleur et la texture imitent la pierre de manière très convaincante, avec généralement des joints factices remplis de mortier gris. blanche est réservée aux gorges des corniches de bois et aux frontonsCouronnement de forme triangulaire ou courbe, à tympan et cadre mouluré formé de corniches. aplatis des trois bâtièresToit à deux versants. précitées.
Au-dessus du soubassementPartie massive d’un bâtiment construite au sol et constituant l’assise du bâtiment. À Bruxelles, le soubassement est d’ordinaire en pierre bleue. s’allonge un épais registreAlignement horizontal de baies sur un pignon. de briques rouge-orangé. Au-delà, les parois sont formées d’une alternance de chaînes des deux couleurs, de deux ou trois lits. Toutes les baiesOuverture, d'ordinaire une porte ou une fenêtre, ménagée dans un pan de mur, ainsi que son encadrement., souvent jumelées, sont couvertes d’un arcStructure appareillée de couvrement, cintrée selon un profil donné. de briques jaunes surbaisséUn élément est dit surbaissé lorsqu’il est cintré en arc de cercle inférieur au demi-cercle.. Une grande partie d’entre elles sont divisées par une traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. de pierre délardée, d’autres par une traverseÉlément horizontal divisant une baie ou pièce horizontale d'une menuiserie. de bois. Les toits aplatis couverts de zinc sont hérissés de cheminées en briques alternées et pierre bleue.
En partie conservés, les châssisPartie en menuiserie d'une fenêtre. sont majoritairement à guillotineUne fenêtre à guillotine est une fenêtre dont l’ouvrant coulisse dans une rainure verticale, évoquant ainsi une guillotine. et petits-fers. Ceux des chambres, à l’arrière, sont en T avec petits-bois. L’aération peut se faire aussi par des impostesUn élément dit en imposte se situe à hauteur du sommet des piédroits. Imposte de menuiserie ou jour d’imposte. Ouverture dans la partie supérieure du dormant d’une menuiserie. basculantes.

Intérieur

L’intérieur a été complètement remodelé, avec division en deux plateaux de la salle de cuisson, privée de son lanterneau. Conservé, l’escalier de l’étage est à deux volées et jourOuverture vitrée dans une menuiserie ou baie de petite dimension. étroit. Comme ceux des caves, il est couvert de granitoMatériau composé de mortier et de pierres colorées concassées présentant, après polissage, l’aspect d’un granit. gris et liseré d’un damier de marbre noir et blanc au repos. Les rampes et garde-corpsOuvrage de clôture qui ferme un balcon, une terrasse ou une porte-fenêtre. métalliques ont des barreaux droits, comme à la cour anglaise.

Sources

Archives
Archives du CPAS de la Ville de Bruxelles/Travaux établissements hospitaliers, Hôpital Brugmann.

Ouvrages
HEUSQUIN, CH., L’Hôpital Brugmann de l’Assistance Publique de Bruxelles, Commission d’Assistance Publique de Bruxelles, Bruxelles, 1930.
HORTA, V., Hôpital Brugmann à Jette-Saint-Pierre, Administration des Hospices et Secours de la Ville de Bruxelles, 1909.

Arbres remarquables à proximité