L’avenue Stiénon relie l’avenue Houba de Strooper au rond-point de la Cité-Jardin, à Jette. Elle croise sur son parcours les avenues Émile Van Ermengem, Laënnec et Adrien Bayet, puis les avenues Jean-Baptiste Depaire et Rommelaere. C’est à hauteur de cette dernière que l’avenue passe sur le territoire de Jette.

Comme les autres rues du quartier compris entre les avenues Houba de Strooper, Rommelaere, Jean Palfyn et la frontière avec Jette, la partie laekenoise de l’avenue, large et courbe, est prévue dès 1928 par l’ingénieur-architecte communal Pierre Gillet et percée en vertu de l’arrêté royal du 15.04.1931. Rectiligne et plus étroit, son tronçon jettois forme, avec les avenues Rommelaere, Ernest Masoin et Jean-Joseph Crocq, une ceinture d’artères prévues dès 1906 pour border l’îlot trapézoïdal destiné à accueillir l’hôpital Brugmann. À l’instar d’autres artères proches de ce dernier, la dénomination de l’avenue, attribuée par arrêté du Collège de la Ville de Bruxelles du 15.01.1935, rend hommage à un médecin, Léon Stiénon (1850-1949), qui fut professeur à l’Université libre de Bruxelles. Comme la partie est de l’avenue Rommelaere, l’avenue Stiénon est dotée en son centre d’une double ligne de tram.

L’artère se bâtit de quelques habitations d’inspiration Art Déco à la veille de la Seconde Guerre mondiale, essentiellement implantées dans le troisième tronçon côté pair. Parmi elles, le no34, conçu en 1938 par l’architecte F. Robberechts. Après-guerre, ce bâti se complète de maisons et d’immeubles à appartements modernistes.
Voir les biens de ce lieu repris à l'inventaire

Sources

Archives
AVB/AR rues, boite 20-24, cote 24, no8 (
15.01.1935).
AVB PP/3503 (1931).

Ouvrages
VAN KRIEKINGE, D., Essai de toponymie laekenoise, Laeken, 1995, s.p.
VAN NIEUWENHUYSEN, P., Toponymie van Laken (thèse de doctorat en Philologie germanique), UCL, Louvain-la-Neuve, 1998, p. 1768.